ZOO

Découvrez Piratesourcil, le comparse du Joueur du Grenier

Auteur(s) :
Piratesourcil

Date : 02/11/2013

Du blog au Joueur du Grenier

Depuis que vous avez ouvert votre blog, qu'est-ce qui a évolué dans votre style ?

Le dessin, forcément. D'ailleurs, je conseille à tous les jeunes qui veulent améliorer leur dessin d'avoir un blog. Ca permet de dessiner régulièrement et de s'améliorer sans même s'en rendre compte mais aussi d'évoluer dans la façon de créer un scénario.

En ligne, tu as tout de suite les réactions de tes lecteurs, ce qui t'amène à changer ton travail. Au début je faisais des dialogues très longs. Maintenant j'ai compris que, pour mes BD en tout cas, il faut aller à l'essentiel. J'essaie donc de travailler mes dialogues, ce que je ne faisais pas du tout avant.

Dans chaque histoire publiée sur le blog, des détails sont cachés. D'où est venue cette idée ?

Au début, je faisais des clins d’œil aux lecteurs. Quand l'un d'eux commentait beaucoup, je mettais un petit détail dans l'histoire, pour le fidéliser. Puis j'ai mis plusieurs détails. Et le jour où je n'en ai pas mis, je me suis fait engueuler. Je me suis rendu compte que ça faisait partie du jeu : je raconte une histoire, et il y a une deuxième lecture pour s'amuser à trouver les détails cachés.

Comment s'est faite la transition du blog au papier ?

J'avais envoyé mon premier projet BD à plein de maisons d'édition. Ce projet était instable : il y avait une bonne trame, mais à l'époque mon dessin n'était pas terrible. Malgré tout, Stylo Bulle était partante pour le publier. Malheureusement, entre le salaire qui m'était proposé et l'investissement que j'aurais dû mettre, je ne m'y retrouvais pas. A la place, je leur ai proposé de sortir un album papier basé sur mon blog. Ils ont tout de suite dit oui. On a sorti l'album et un an plus tard le deuxième. Malheureusement ils se sont arrêtés et je recherche un nouvel éditeur pour le troisième.

Comment est née la BD Joueur du grenier ?

J'étais en contact avec lui et on s'est dit que ce serait intéressant de faire une BD. Entre l'idée et le moment où j'ai fait le projet, il y a eu au moins 1 an et demi. J'ai proposé le projet à plusieurs maisons d'édition, elle a eu un très bon accueil et finalement HugoBD l’a publiée.

Comment travaillez-vous avec le Joueur du grenier ?

Il me raconte des anecdotes de son enfance, me donne plein d'idées que j'essaie d'adapter. Il y a aussi beaucoup de choses que j'ai vécues. On est de la même génération, donc on a énormément de choses à raconter sur les années 80-90. J'adore aussi parler de jeux vidéo et m’immerger dans cet univers enfantin, que je trouvais dans Boule et Bill quand j'étais petit.


Après quatre albums, est-ce que vous arrivez à vivre de la BD ?

Je ne suis pas fortuné, mais je gagne suffisamment ma vie pour manger. Pour l'instant, je n'ai pas besoin de faire un autre métier à côté. Mais c'est très précaire. On ne sait jamais si ça va continuer ou pas…

Quels sont vos projets à venir ?

Il y a une BD spécifiquement humour noir qui devrait sortir. J'espère qu'il y aura un troisième album du Joueur du grenier. J'ai aussi un projet avec de l'humour déjanté en collaboration avec un autre dessinateur, où je ferai uniquement le scénario. C'est un projet qui me tient tellement à cœur que j'estime ne pas avoir le niveau pour faire le dessin, qu'il méritait d'avoir un meilleur dessinateur que moi.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants