ZOO

Ruben Pellejero et Juan Diaz Canales : « Corto nous survivra »

L’aventure avant tout

L’action se passe dans le Grand Nord canadien. On y croise beaucoup de personnages dont certains qui ont existé, des Inuits dont un curieux guillotineur esquimau, des indépendantistes Irlandais, un savant espion du Kaiser ?

Juan Diaz Canales : Il fallait rester proche de l’ambiance d’une grande aventure, avec des personnages atypiques. J’adore prendre des personnages historiques, mélanger réalité et fiction. C’est un univers d’espaces sauvages dans la lignée de Pratt. Je voulais aussi que Sous le soleil de minuit puisse se lire indépendamment des autres aventures de Corto. Quant au fou de la guillotine, celui là, il est romancé. Il représente le contraste entre la raison et l’irrationnel.


Rubén Pellejero : Cet univers épuré et ces personnages étaient plus forts que la fidélité au trait. Et le Grand Nord était un décor formidable dont Pratt raffolait. J’ai voulu faire mon Corto sans être obsédé par la ligne Pratt. Je tenais aussi à ce que le noir et blanc prime. Les couleurs faites sur ordinateur ont d’ailleurs bien respecté mon trait, sans l’absorber.

Juan Diaz Canales : Les Inuits font encore partie à cette époque des cultures quasi-paléolithiques. Corto, sans être un écolo, défend ces mondes perdus qui vont disparaître. L’Alaska, le Grand Nord canadien sont la dernière frontière en 1915.

On meurt beaucoup dans votre album et on y découvre même une ambiance finale assez proche d’un western.

Juan Diaz Canales : Oui. On est dans un environnement violent aussi bien sur le plan climatique qu’humain. La ruée vers l’or n’est pas loin et c’est Jack London, ami de Corto, qui lui confie une mission fil rouge de l’album. Sans oublier le contexte européen où on se tue dans les tranchées au même moment.


L’album commence par un rêve. Corto sort du coma ?

Juan Diaz Canales : Le rêve est fréquent chez Pratt. Corto a été endormi pendant des années. Il est avec Raspoutine et le rêve est parfait pour servir de transition. Idem pour le poème qui sert d’introduction, un classique du genre pour Pratt. C’est son côté littéraire. Quant à Raspoutine, on le garde au chaud, c’est le cas de le dire.


Vous avez glissé des clins d’oeil dans l’album ? Et après cette balade dans le Grand Nord ?

Rubén Pellejero : Juan n’a glissé qu’un clin d’oeil mais à la fin de l’album. Aux lecteurs de le découvrir.


Juan Diaz Canales : Cela ne sert à rien. Pour le futur, San Francisco sera peut-être le cadre de la prochaine aventure. A priori pas New York. On respectera les codes de Pratt. Des femmes mais pas de nudité, une violence plus suggérée qu’explicite come on l’a fait cette fois déjà.

Corto est un personnage tellement fort qu’il nous survivra et à d’autres aussi. Pratt a été très généreux de décider qu’on pourrait le reprendre après lui. On a respecté l’oeuvre de Pratt mais ce n’était pas une mission sacrée que de reprendre Corto.


Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants