ZOO

La réalité comme inspiration

Auteur(s) :
Berthet One

Lieu : Paris

La caricature comme expression

Comment as-tu choisi tes personnages récurrents ?

J’ai choisi des mentalités et ai changé le physique. J’ai pioché dans mes potes et ai créé des stéréotypes avec le graphisme associé.

Même le gardien carré ?

Ce gardien a une vraie histoire : dans la prison, un des gardiens était un vrai robot, hyper costaud, qui suivait le règlement plus qu’à la lettre. Il en perdait son côté humain. Je n’arrêtais pas de lui dire, mais tu es trop carré toi, d’où sa tête…


Quant au prof avec sa tête immense ?

Stéphane Huïjbrets est prof de math et de français : je l’ai caricaturé et lui ai laissé son vrai nom, car c’est vraiment quelqu’un d'exceptionnel. Il fallait que je lui rende hommage ! Quand j’arrivais en cours, j’étais toujours pressé de lui faire lire mes planches, surtout qu’il corrigeait mes fautes d’orthographe et me donnait beaucoup d’espoir.

Quand j’étais en prison, je lui parlais de mes craintes par rapport à l’accueil de ma BD dehors. J’avais peur qu’un album sur cet univers si spécial qu’est la prison n’intéresse personne. Il m’a répondu que le milieu carcéral c’est une mini-société et, vu qu’on peut lire ma BD sans rien connaître à cet univers, elle permet de le découvrir par le rire, ce qui change de tous les reportages alarmistes…

Je sais que je ne suis pas le meilleur des dessinateurs mais j’ai des choses importantes à dire, toujours avec humour.

Graff pour Berthet One

Graff pour Berthet One


Comme les caractères de tes personnages principaux, tes traits sont très appuyés !

Comme je viens du graffiti, j’ai gardé quelque chose de ce trait. Mais je suis aussi un enfant du Club Dorothée et de ses animés japonais, qui m’ont beaucoup influencé. Je mêle vraiment les deux. Dans le premier tome je mettais beaucoup de noir et enlevais beaucoup de décors pour retranscrire l’enfermement. Et maintenant que je suis dehors, j’ai beaucoup travaillé les lumières, les couleurs, plus pétantes et bien sûr les décors !


Tu as rencontré même Cabu, ton idole…

J’ai grandi avec Cabu que j’admirais dans le Club Dorothée. Quand j’ai pu le rencontrer, j’étais comme un gamin ! Surtout qu’il a regardé mes planches et a ri quand il a vu mon dessin de lui. Il a en plus accepté de faire un dessin en préface ! A cause de la tuerie de Charlie Hebdo, il n’a pas pu le faire et j’ai mis sa dédicace en préface. Non seulement c’est mon idole et il est resté hyper simple mais en plus il était devenu un pote et un mentor…


Mais tu sembles toujours chercher de la reconnaissance…

Quand j’ai exposé avec mon crew de graf et que j’ai vendu des tableaux, j’ai enfin réalisé, ok je suis peut-être un artiste. Pareil quand j’ai tenu ma première BD imprimée ! Mais à chaque fois je doute de mon statut !

Et tes projets à venir ?

J’ai en cours une BD sur la Déclaration des droits de l’Homme pour les enfants, qui sortira sûrement en décembre. Et ça fait aussi un an qu’on écrit un film en partant de la BD L’Evasion. Je suis au scénario avec El Diablo et Seth, les créateurs des Lascars. Tout est déjà écrit, donc on devrait commencer la réalisation en janvier. Ce ne sera pas de l’animation, mais de la prise de vue réelle.

Sinon on est aussi sur un nouveau projet avec El Diablo : Babylone Inc. C’est une histoire longue autour d’un fils de maître du monde. Ce fils un peu bête vivait tranquille dans sa banlieue, jusqu’au jour où il apprend qu’il hérite de l’empire de son père.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants

Commentaires (1)

Bon courage bonhomme !
Ton récit est passionnant ! Si je tombe sur ta bd (je vais aller voir dans mon magazine) je l'achèterai. Bonne continuation j'espère que tu vas t'en sortir.

Posté le 12/10/2015 à 20h57