ZOO

Groom, zapping intelligent de l’actualité 2015

Être sérieux tout en faisant rire

Comment fait-on pour s’adresser aux enfants sur des sujets aussi graves ?

José-Luis Munuera : La seule façon de s’adresser aux enfants, c’est d’être encore plus sincère qu’avec les adultes. Il faut être encore plus sérieux, plus responsable et plus profond car les enfants n’ont pas autant de recul par rapport à l’histoire que des personnes plus grandes.

Extrait de Terre fertile de José-Luis Munuera

Extrait de Terre fertile de José-Luis Munuera

Nob : D’ailleurs, je ne m’adresse pas qu’aux enfants car dans l’histoire, il y a pas mal d’éléments que seul un adulte comprend, par exemple l’achat des gilets. C’est montré sans être expliqué, donc c’est pour moi une porte d’entrée pour un enfant qui peut poser aux adultes des questions sur ce qu’il lit.

D’ailleurs sur un thème très grave, vous trouvez tous les deux des pirouettes pour faire rire…

José-Luis Munuera : Toute fiction se base sur une réalité, même lointaine, pour qu’on y croie. Il faut encore plus de rigueur quand on traite la réalité. On peut parler très sérieusement de choses très importantes et très sérieuses sans oublier d’en rire !

Extrait de Voir la mer de Nob

Extrait de Voir la mer de Nob

Nob : Comme je suis le premier lecteur, j’ai besoin d’un petit truc qui doit me donner le sourire. Souvent, j’ai une histoire en tête et quand je la dessine, j’y ajoute des petites choses qui donnent de la vie à la page. Quand je raconte, la situation pas drôle à la base va devenir un gag et inversement… J’adore faire le grand écart entre le drôle et le dramatique !

Qu’a de plus la BD pour traiter d’actualité ?

José-Luis Munuera : Ce qui formidable, c’est le budget : on peut créer les dinosaures et leur monde avec crayon et du papier. On peut parler de la réalité sans être limités par la réalité physique.

Extrait de Terre fertile

Extrait de Terre fertile

Nob : La BD a l’avantage d’immerger dans un endroit et d’une époque tout de suite grâce à l’image. En plus, le regard est à la fois un peu distancié car on n’est pas dans l’immédiateté de la photo ou du documentaire et subjectif. Le regard de quelqu’un sur l’actualité donne envie d’en savoir plus.

José-Luis Munuera : Groom peut aider à créer une discussion, être le moteur pour revenir sur un sujet. Et que les enfants trouvent des réponses ou au moins se posent des questions.

Nob : Si tant est qu’on ait un rôle comme auteur, on doit soulever des questions. Le plus difficile était de ne pas être trop moraliste, pas trop mélo-dramatique avec un thème qui est une réalité pour plein de gens.

José-Luis Munuera : La ligne éditoriale de Groom, m’a aidé justement à cet équilibre : transposer la ligne du Journal de Spirou, pertinent, fantaisiste et drôle pour raconter le monde.

Nob : C’est finalement un zapping intelligent de l’actualité avec une grande richesse de points de vue, de tons et de graphisme. C’est un panel de sensations qui montre bien la diversité du monde qui nous entoure. Il est d’ailleurs salutaire de revenir sur l’actualité, d’avoir un panorama de tout ce qui s’est passé alors qu’on a l’habitude qu’un sujet chasse l’autre.

Extrait de Voir la mer

Extrait de Voir la mer


Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants

Commentaires (1)

Beaucoup de poésie et au final de tristesse sur l'histoire du petit garçon qui nous fait forcément penser au petit Aylan, qui est aujourd'hui dans notre subconscient. C'est beau et on ressent beaucoup d'émotion... rien à voir avec la très médiocre caricature du 13 janvier dans Charlie Hebdo, jeu des pires amalgames, lorsque Charlie assimile le petit Syrien trouvé mort aux auteurs des agressions sexuelles à Cologne. Merci Messieurs pour ce très beau moment.

Posté le 23/01/2016 à 20h07