ZOO

1984 (Janvier 2021)

couverture de l'album 1984

Éditeur : Soleil

Scénario : Jean-Christophe Derrien, George Orwell, Rémi Torregrossa

Collection : Hors Collection

Genres : Science-Fiction

Prix : 17.95€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

3.0

Dessin

5.0

Trois adaptations du livre culte de George Orwell, 1984, sortent en librairie. Celle de Jean-Christophe Derrien, illustrée par Rémi Torregrossa, est plutôt réussie, en particulier le dessin qui reflète à merveille la surveillance de l'homme dans un régime totalitaire. Mais difficile de bien sentir cette BD si on n'a pas lu le livre avant.



1984. Le monde vit sous l'emprise du totalitarisme. Big Brother surveille chaque individu. Le sexe est uniquement autorisé pour procréer, mais le plaisir et l'érotisme sont interdits. Beaucoup de gens travaillent à la réécriture permanente de l'Histoire, comme le personnage principal Winston Smith, employé du Parti.



Et au milieu coule un filet de normalité dans la rencontre amoureuse entre cet homme et une femme. Bienvenue dans le pire des mondes. Le mensonge règne en maître. Degré O de l'humanité. Le message est clair : guerre=paix, liberté=esclavage et ignorance=force. Cette BD, une des trois adaptations actuelles de l'oeuvre incontournable de George Orwell, est une bonne façon d'approcher ce livre culte, édité en 1944, au cœur de la Guerre froide.

Un bémol: le scénario de Jean-Christophe Derrien n'exploite pas un champ assez large pour permettre au lecteur novice de s'approprier l'horreur: il est indispensable d'avoir déjà lu le livre pour apprécier pleinement la BD. Côté dessin, pas d'ombre noire. Le trait précis de Rémi Torregrossa est à la fois capable d'apporter la noirceur nécessaire à travers les ombres de son noir et blanc impeccable, mais aussi de distiller une poésie qui allège l'ensemble.






Précisément dans l'histoire d'amour du personnage principal et de la jeune femme qu'il rencontre. Oui, même dans ce que l'homme a créé de pire, il reste parfois une once d'espoir. On devrait relire régulièrement l'oeuvre d'Orwell. Pour ne jamais la reproduire, alors que de nombreux pays nous infligent la culture des extrêmes.



Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants