ZOO

Chevalier Ardent : Chevalier Ardent - Intégrale T.1

couverture de l'album Chevalier Ardent - Intégrale T.1

Série : Chevalier ArdentÉditeur : Casterman

Scénario : François CraenhalsDessin : François Craenhals

Collection : Première Ligne

Genres : Aventure

Public : À partir de 12 ans

Prix : 25.00€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Dans un Moyen Âge sauvage et âpre, les prémices de l'histoire d'Ardent sont posées. La première intégrale du Chevalier Ardent reprend les quatre premiers tomes de cette série apparue il y a presque 50 dans le Journal de Tintin. On y découvre un jeune homme impétueux, pas encore chevalier, qui vieillira, mûrira, obtiendra un domaine et de nouvelles responsabilités au fur et à mesure.

Le Prince Noir pose l’univers d’Ardent qui y rencontre ses plus fidèles amis, Bradoc et Gaudin, ainsi que son grand amour, Gwendoline. Il marque, également, le début de son ascension sociale. Dans Les loups de Rougecogne, probablement l'un des tomes les plus réussis de la série, le fier Ardent découvre tout le poids des missions confiées par le roi. Dans La Loi de la steppe, Ardent, récent propriétaire du domaine de Rougecogne, laissera les siens pour combattre les Tartars et rendre justice. Enfin dans La Corne de brume, il connaitra un retour parmi les siens très difficile.

L’intégrale pose les grands thèmes de la série : aventure, tromperie, ruse, amour, ambition, violence, voyage, noblesse, devoir et pouvoir. Les personnages sont complexes. Les héros commettent des erreurs et font part de leurs réflexions et sentiments. Ardent peut être impatient et inconséquent. Gwendoline, capricieuse et immature. Arthus, dur et tranchant.

Les dialogues sont soignés et l’écriture juste. Elle pousse à une réflexion sur la passion et les envies opposées au pouvoir et au devoir, la loyauté face aux responsabilité et enfin, sur l’ambition et le prix à payer.

Le dessin est particulièrement énergique. Les ambiances offrent un contraste poussé entre fantasmagorie occasionnelle et réalité. En outre, les personnages sont spécialement attachants par le panel d’émotions exprimées. Ils vieillissent en plus de façon très juste.

Cette première intégrale pose un classique de la BD, puissant et noble, qui exacerbe les envies d’aventure, de romantisme et d’idéal.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants