ZOO

Hâsib et la Reine des serpents - T2 (Août 2016)

couverture de l'album

Série : Hâsib et la Reine des serpentsTome : 2/2Éditeur : Gallimard

Scénario : David B.Dessin : David B.

Collection : Fétiche

Genres : Aventure, Fantastique

Public : Tout public

Prix : 16.00€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

3.5

Dessin

4.0

David B. poursuit le récit de la belle Shéhérazade faisant parler la Reine des serpents et tous les héros de contes, de Jânshâh l’amoureux transi au terrible magicien Ufan et surtout, Hâsib. Un conte épique dont chaque planche se conçoit comme une œuvre à part entière.

La Reine des serpents, pleine de sagesse et de bonté, poursuit ses contes et initie le benêt Hâsib aux mystères de ce monde. Dans sa grande bonté, elle lui permet même de rejoindre sa mère. Hâsib, peu rancunier, pardonne à ceux qui l’ont enfermé mais n’a pas anticipé d’autres dangers... Ceux qui en veulent à sa puissante amie n’hésiteront pas à le pourchasser, l’emprisonner et le faire se parjurer. Le récit s’accélère, mais finira-t-il bien ?

Après avoir ouvert une multiplicité de récits, l’auteur referme tour à tour ces univers merveilleux et donne congé à chaque personnage, ne laissant rien d’inachevé. Le texte faussement naïf fait ressortir l’intemporalité du conte et ses thèmes récurrents. On y retrouve avec délectation l’importance de la parole donnée ou le sacrifice d’une femme qu’elle soit créature paradisiaque comme une femme oiseau ou presque infernale comme la Reine des serpents.

David B. poursuit son récit pictural des Mille et une nuits. Ses visions toujours aussi plaisantes donnent corps aux monstrueuses araignées, aux femmes oiseaux, au roi Salomon et aux Djiins de tous poils que les héros croisent lors de leurs quêtes. La Reine des serpents majestueuse et impressionnante ainsi que les foules en colère incarnent toute l’émotion que peuvent contenir les personnages de ce dessinateur de talent.

Ce second tome est à lire et à relire comme un classique dont on ne se lassera pas graphiquement.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants