ZOO

Hey ! - T23 : Hey ! N°23 (Septembre 2015)

couverture de l'album Hey ! N°23

Série : Hey !Tome : 23/25Éditeur : Ankama

Prix : 18.90€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

5.0

Dessin

4.0

LE magazine bilingue autour de l’art est de retour avec un vingt-troisième numéro qui nous entraine dans les tréfonds de l’art contemporain. Point de FIAC ou autre institution mais de la qualité au rendez-vous. Entrez dans ce Hey ! original par son contenu et son format, découvrez des artistes novateurs et souvent peu connus, ainsi que des bons conseils sur les expos du moment.

Ne soyez pas effrayé par l’apparence étrange de ce numéro ! Lecteurs, ouvrez et tournez à votre aise les pages d’un format à l’italienne écrit en français et en anglais autour de créateurs du monde entier. Ne fermez pas les yeux devant ceux qui rendent les monstres doux et la beauté terrifiante !


Philippe Leu, Stan Manoukian, Dino Valls… Ces noms ne vous disent rien ou au contraire, bourdonnent à vos oreilles ? Ils font partie des artistes présentés dans le vingt-troisième numéro de Hey ! qui contient vingt-trois artistes. Ne vous fiez pas aux coïncidences, il n’y en a pas dans ce rassemblement de talents hétéroclites. De la reprise des codes médicaux de la renaissance à l’admiration des formes de Rubens, vous ne cesserez d’être étonnés par la pluralité de l’art contemporain.

Des poupées en porcelaines au doux visages blancs et aux tentacules de laines aux affiches de cinéma du Libéria peintes à la main, vous pouvez compter sur Hey ! et sa compagnie pour dissiper les brumes d’un nouveau continent, peuplé d’artistes effrayants, touchants… attirants ? Lorsqu’en plus la revue change de forme d’un article à l’autre, que les pages raccourcissent ou que des crapauds viennent encadrer la pagination, on finit de s’abandonner aux sortilèges de ce magazine hors-catégorie !

Lecteur, n’ai pas peur et lance-toi, pénètre dans cet univers étrange où il fait bon se perdre.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants