ZOO

La Revue Dessinée - T12 : La Revue Dessinée n°12

Le résumé de l'album

La bombe en question

Le dogme serait-il devenu obsolète ? Depuis plus de cinquante ans, la dissuasion nucléaire française est le domaine réservé du pouvoir, coûteuse et couverte par l’opacité du secret-défense. Mais les changements des rapports de force internationaux ont créé une nouvelle donne géostratégique et, au sein même des armées, des voix s’élèvent pour contester le bien-fondé de la bombe atomique.
Faut-il réduire le nombre d’ogives ? Faire disparaître la force aéronavale ? Ou encore diminuer les effectifs ? Ces questions pourtant légitimes ne font pas l’objet d’un débat public, comme si la dissuasion était définitivement à ranger dans la catégorie des tabous militaires. État des lieux des dysfonctionnements de l’arme nucléaire tricolore .
Par Erwan Seznec et Pierre Maurel

Voyage au Bhoutan

Enclavé dans les replis de l’Himalaya, le Bouthan s’est fait connaître sur la scène internationale avec la création du Bonheur national brut (BNB). Mais cet indicateur, qui diffère du classique PNB utilisé par la plupart des gouvernements pour mesurer l’état de richesse de leurs citoyens, masque une réalité économique peu reluisante : 25 % de ses habitants vivent sous le seuil de pauvreté (selon les critères de l’ONU) et le taux d’alphabétisation y est de 53 %inférieur à celui du Liberia.
Invité par une ONG à découvrir ce petit royaume pris dans la mondialisation qui n’a autorisé les premiers touristes qu’en 1974, la télévision qu’en 1999 et la démocratie qu’en 2008, Benjamin Flao raconte comment le Bouthan, qui ne prétend pas être un modèle, tente malgré tout de démontrer que la croissance est un outil et non une fin en soi.

Rue sans interdit

Voici un temps que nos parents ont pu connaître dans les années 1970, juste entre la commercialisation de la pilule et l’apparition du Sida. Une petite décennie d’intense libération des mœurs. Une époque aussi où les homosexuels luttèrent pour se voir accorder les mêmes droits que les hétérosexuels sans pour autant se priver de faire la fête. Cela se passait surtout la nuit, autour de la rue Sainte-Anne, en plein Paris, à deux pas de l’Opéra Garnier. C’était vif, désordonné, un peu foutraque aussi : entre bars où il fallait être vu et boîtes de nuit à la pointe du disco, tout un quartier s’animait chaque soir au rythme des « branchés ». De cette effervescence noctambule , il ne reste plus rien, ou presque. Rien qu’un air du temps et une furieuse envie de retrouver, ailleurs, la même aspiration à la liberté.
Par Guillaume Lecaplain et Pochep

Le casino des catastrophes

Est-il possible de parier sur la probabilité qu’une catastrophe survienne ? Dans le jargon des compagnies d’assurance, cela s’appelle les « cat bonds ». En français, des obligations catastrophes qui s’échangent librement sur les marchés financiers, pour le plus grand intérêt des spéculateurs. Ce type de placement, très rentable, s’avère parfois... catastrophique ! Enquête au cœur de la finance environnementale.
Par Carol Suhas et Pierre Lecrenier


Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants