ZOO

Les Sanson et l'amateur de souffrances - T1 (Février 2019)

couverture de l'album

Série : Les Sanson et l'amateur de souffrancesTome : 1/2Éditeur : Vents d'Ouest

Scénario : Patrick MalletDessin : Boris Beuzelin

Genres : Fantastique

Public : À partir de 16 ans

Prix : 17.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

4.0

Dessin

3.0

Les Sanson, famille célèbre de bourreaux, ont exécuté des personnalités importantes parmi lesquelles : Cartouche, Louis XVI, Danton, Robespierre. Vivant à l’écart du monde, les membres de cette famille doivent tous trouver le moyen de vivre et de protéger leur famille. Certains iront jusqu’à pactiser avec le mal... dans cette série fantastique où leur lignée sera le cœur du récit.

Au XVIIe siècle, par une nuit d’orage, le jeune Charles Sanson fuit en compagnie de Colombe sa bien-aimée. La foudre tombe près d’eux, provoquant leur chute de cheval. La jeune femme meurt sur le coup et Charles, blessé, est recueilli par un homme et sa fille Jeanne. Une fois remis sur pied, il repart dans sa caserne mais s’en amouraché de la jeune fille. Peu de temps après, lors d’une exécution, il découvre que Jeanne est la fille du bourreau. Le choc est rude...

Ce premier album s’attache à la vie des deux premiers bourreaux de la dynastie des Sanson. On y découvre la vie quotidienne et la place occupée dans la société d’Ancien Régime par les représentants de ce métier si particulier. L’intérêt et l’originalité du scénario vient du personnage fantastique qui se nourrit de la souffrance des condamnés tout en asservissant les bourreaux.

Ainsi les études de l’anatomie humaine par les Sanson pour alléger les souffrances des condamnés prennent ici une autre tournure que la simple humanité des exécuteurs des hautes œuvres. L’intrigue y gagne aussi en dynamisme et se démarquent ainsi des autres récits centrée sur cette lignée.

Le dessin, très inspiré par les comics, s’appuie fortement sur les regards pour faire passer des messages. Cependant son trait tient le lecteur un peu éloigné du fantastique voire cruel de la situation des mises à mort.

Ce premier tome jette des bases intéressantes d’une série qui semble avoir encore des secrets d’échafaud à livrer.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants