ZOO

Les Sanson et l'amateur de souffrances - T2

couverture de l'album

Série : Les Sanson et l'amateur de souffrancesTome : 2/2Éditeur : Vents d'Ouest

Scénario : Patrick MalletDessin : Boris Beuzelin

Genres : Fantastique

Public : À partir de 16 ans

Prix : 17.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.5

En 1740, Jean-Baptiste Sanson succède à son père dans la charge de bourreau et d’adversaire de l’amateur de souffrances. S’il exerce la première de ses fonctions sans envie, avec un détachement semblable au dédain, il renonce totalement à la seconde. Seulement quatre ans plus tard, une paralysie psychologique le pousse à abandonner ses deux missions à Charles, son fils. Ce deuxième tome s’avère un peu en dessous de l’ouverture de la série.

En 1726, l’amateur de souffrances donne rendez-vous à un jeune homme dans les carrières de Vanves. Lieu sombre, loin de tout et désert, l’endroit idéal pour le choix du nouvel homme de main de l’amateur. Il se débarrasse de l’ancien sans pitié mais avec ironie. Pendant ce temps Jean-Baptiste, encore mineur, assiste avec effroi aux exécutions menées, en son nom, par Prudhomme.

Comme dans le premier livre, nous voyons deux générations de Sanson se succéder à la charge de bourreau. On notera quelques similitudes entre les débuts de Jean-Baptiste et de Charles, non sans évoquer l’idée d’une malédiction. L’enquête sur l’amateur, épine dorsale de ce tome, impose un traitement rapide de la vie de Charles et des bouleversements historiques qui vont secouer la France et le monde. L’Histoire et l’amateur vont se croiser pour donner au récit une résonance machiavélique voire revancharde.

Le dessin semi-réaliste aux traits sombres et incisifs renforce l’atmosphère lourde de cet album. La mort est partout, la souffrance s’impose dans des pages sans lumière à la dynamique funeste. Sans conteste, une réussite graphique.

Ce deuxième livre marque le pas par rapport au premier. Même si son intrigue semble faire fi de l’Histoire, sa suite demeure attendue

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants