ZOO

Mattéo - T1 : Première Époque (1914-1915)

Anecdotes insolites de l'album "Première Époque (1914-1915)" et ses secrets de fabrication !

Mattéo et Théophile, génération Grande Guerre

Théophile, grand père de Jean-Pierre Gibrat, assis

Théophile, grand père de
Jean-Pierre Gibrat, assis

Jean-Pierre Gibrat a dédié le premier tome de Mattéo à son grand-père Théophile, car « la guerre de quatorze, il l’avait vue de très près. » A travers lui, c’est à toute une génération qu’il veut rendre hommage.

A la sortie du premier Mattéo, Jean-Pierre Gibrat sait déjà qu’au-delà des tranchées, il narrera des époques clefs du XXe siècle. En effet, s’il a dédié le premier tome de sa nouvelle série à son grand-père maternel, il a aussi en tête son grand-père paternel, qui reprendra les armes durant la Seconde Guerre mondiale.

Dépassant les deux guerres mondiales, Jean-Pierre Gibrat veut rendre un hommage à « cette génération qui a mouillé le maillot pour des changements sociaux importants. » Des changements sociaux qu'on retrouve dans la Troisième époque de Mattéo, consacrée aux premiers congés payés.


Ce n'est pas parce que le premier tome se concentre sur une génération envoyée au front qu'il est un album consacré à la guerre elle-même : toujours à hauteur d'homme, cette Première époque met en scène la guerre des Tranchées vue par le jeune pacifiste qu'est Mattéo « qui plonge dans la guerre, alors qu’il n’y est pas tenu [...] pour des raisons diverses », dont le dépit amoureux et la pesanteur du regard qu'on porte sur lui, « le planqué ». Un regard et des choix profondément humains en somme...

Source : Dossier de presse de l'album
Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (2)

note de la critique de nicholas

Avec l'annonce de la sortie du 4ème tome, je viens de me replonger dans cette série qui a mis quand même près de 10 ans a être finalisée ... pour 4tomes... c'est le seul hic de cette série, qui est, sur ce premier tome, totalement réussie tant scénaristique-ment que graphiquement. Et puis, avec cette relecture, je reprend conscience de la qualité littéraire, des bons mots, des métaphores. Bref, superbe !

Posté le 12/10/2017 à 16h14

note de la critique de Picsou

Si vous aimez le beau dessin à l'ancienne, mis en couleurs avec grâce, sautez à pieds joints sur cette occasion de vous consacrer plus avant à des personnages touchants et troublants. Quand la BD devient exceptionnelle et rejoint l'art de la peinture, on ne peut que s'incliner !

Posté le 23/11/2013 à 23h23