ZOO

Momo - T2

couverture de l'album

Série : MomoTome : 2/2Éditeur : Casterman

Scénario : Jonathan GarnierDessin : Rony Hotin

Genres : Récit de vie, Sentimental

Public : Tout public

Prix : 16.00€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

La grand-mère de Momo est morte. La petite est inconsolable mais elle n’a pas perdu sa gouaille pour autant. Recueillie par le poissonnier qu’elle payait en dessins dans le premier tome, elle va tout faire pour que son papa revienne, quitte à mettre la petite île et nos émotions sens dessus dessous. Drôlerie et sourires embués sont toujours au cœur de cet album magistral de Jonathan Garnier et Rony Hotin.

La grand-mère de Momo est morte subitement alors que Momo allait lui annoncer qu’elle s’est fait un nouveau copain. Quant à son père, toujours en mer, il est injoignable... Pour ne pas laisser la petite aux mains des services sociaux, le poissonnier bourru l’accueille pour quelques jours qui ne seront pas de tout repos !

Le poissonnier est-il aussi méchant avec les chats qu’il en a l’air ? Si les grands-parents répondent toujours au téléphone, il suffit d’appeler Mamy pour lui parler ? Et mille et une autres questions traversent l’esprit de Momo qui a toujours une réponse plus ou moins farfelue et touchante à essayer. A travers ses yeux d’enfant, Jonathan Garnier nous donne à voir des personnages émouvants, des paysages splendides et même un roadtrip enlevé. Le tout sans verser dans la facilité...

Le dessin de Rony Hotin fait autant de merveilles. Tant dans les instants suspendus où l’on décide que faire de Momo que dans la bagarre à la fois tendue et drôle, il sait apprivoiser l’ambiance et le mouvement. Décor à la fois dépaysant et familier, le bord de mer a une luminosité débordante, tout comme les rues du village, peuplé par des visages aux traits simples mais tellement expressifs...

Momo a fait un sacré chemin dans ce deuxième tome, offrant rires et larmes au lecteur... qui quitte son parfum d'embruns et d’enfance avec regret.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants