ZOO

Open Bar - T2 (Juin 2020)

couverture de l'album

Série : Open BarTome : 2/2Éditeur : Delcourt

Scénario : FabcaroDessin : Fabcaro

Collection : Pataquès

Genres : Humour

Prix : 12.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Fabcaro ne déçoit pas. Cette deuxième tournée de son Open Bar est à la hauteur de ce qui a fait le succès du premier : un humour corrosif, d'excellentes blagues de mauvais goût qui mettent le doigt là où ça fait mal. Le tout est porté par son dessin caractéristiques : avec l'auteur montpelliérain, nulle besoin de voir les visages pour deviner leurs expressions. Santé !

Les plombiers qui s'opposent à la réduction de la taille de leur fameux sourire, des occidentaux bien propres importunés par des canots pneumatiques de migrants à la piscine, une adolescente qui obtient l'autorisation pour se rendre à une partouze... Il est nouveau, il est tout chaud et il est beau, le nouveau Fabcaro. La deuxième tournée de cet Open Bar est à la hauteur de nos attentes.

Il faut dire qu'avec ses gags ultra-corrosifs en une planche dans le premier volume (ou dans la presse pour les lecteurs de Inrocks), le Montpelliérain a placé la barre très haut. Il relève le défi dans ce nouveau recueil. À pleurer de rire, jaune, vert ou noir. Fabcaro est un as lorsqu'il s'agit de mettre en scène et en image nos travers quotidiens : c'est même devenu la matière première de tous ses albums.

Pas étonnant que les téléspectateurs aient eu la chance, en pleine pandémie de coronavirus, d'apprécier un spectacle de l’humoriste Blanche Gardin mis en dessin par l'auteur. On peut dire que ces deux-là se sont bien trouvés. Leurs humours ont de multiples points communs. Dont un, essentiel dans leurs œuvres respectives : déranger en faisant marrer.

« On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui » disait Pierre Desproges. Ce n'est pas Fabcaro qui le contredira. Il ne s'interdit rien, et son public le remercie. Il met les pieds dans le plat. Ou plutôt, sur le comptoir.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants