ZOO

Starfuckers - T1 (Janvier 2017)

couverture de l'album

Série : StarfuckersTome : 1/1Éditeur : Kennes Éditions

Scénario : Gihef, AlcanteDessin : Dylan Teague

Genres : Érotisme

Public : A partir de 18 ans

Prix : 14.95€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Maria débarque clandestinement du Mexique pour devenir une star aux Etats-Unis. Elle se fait un nom dans le monde du strass, des paillettes et du sexe. Mais elle va devoir lutter contre un violeur... C’est toute l’Amérique de Trump concentrée en une BD au scénario original et au dessin pulpeux.

Maria quitte clandestinement le Mexique. Elle ne rêve que d’une chose : devenir une étoile et briller de mille feux sur ce continent où tout paraît possible, l’Amérique. Elle évolue dans le monde du strass, du sexe et des paillettes. Mais très vite, elle va lutter contre un grand nom du show-biz qui semble prendre plaisir à violer des femmes...

Le scénario a un énorme point fort : il comporte ce qu’il faut d’humour et de décalage pour narrer cette histoire d’ascenseur social dans le monde des VIP ricains. Ça se lit bien, mais sans plus : s’il y a ce qu’il faut d’originalité dans l’histoire, cela n’en fait pas non plus un récit haletant.

Côté graphique, Dylan Teague tire son épingle du jeu. Si la mise en couleurs sur ordinateur gâche le trait précis et les courbes avantageuses de Maria (qui ne les cache pourtant pas, loin s’en faut), le dessinateur possède l’énergie graphique d’un comics américain bien roulé. Il y a du dynamisme, de l’envie et de l’émotion sous son crayon.

Si ce n’est pas le meilleur titre de ce début d’année, il faut reconnaître à Starfuckers un scénario suffisamment original pour en faire une bande dessinée avec laquelle on passe un bon moment. De suspense, de déconne. Il y a dans l’approche ce je-ne-sais-quoi de décalé qui fait le terreau des bonnes séries Z. Celle-ci n’en est pas tout fait une, mais elle en possède les ingrédients de base : de l’humour et un côté rétro. Chouette.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants