ZOO

Vampire State building - T1

couverture de l'album

Série : Vampire State building Tome : 1/1Éditeur : Soleil

Scénario : Ange, Patrick RenaultDessin : Charlie AdlardColoriste : Sébastien Gérard

Genres : Fantastique

Public : À partir de 12 ans

Prix : 14.95€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO Le Mag

Note ZOO Le Mag 3.0

Scénario

0.0

Dessin

0.0

Derrière le titre aussi simple que génial de Vampire State Building se cache une collaboration franco-anglaise permettant à Charlie Adlard de s’éloigner des morts-vivants... mais pas trop !

Quand on est l’auteur ou le dessinateur d’une série phare, il est difficile d’exister pleinement sur d’autres créations sans être ramené constamment à ce qui a fait son succès... Ainsi, pour le meilleur comme pour le pire, Charlie Adlard reste et restera comme LE dessinateur de Walking Dead. Mais ainsi aussi, Charlie Adlard ne s’en laisse pas conter et est toujours prêt à tenter de nouvelles aventures...

Cet ailleurs est venu de la France, avec le couple Ange et Patrick Renault qui se sont fait un plaisir de lui concocter un scénario aux petits oignons, mélange improbable entre La Tour infernale et Dracula, qui renforce une nouvelle fois l’idée que les comics ont fait exploser les frontières anglophones depuis quelque temps déjà...

Ascenseur pour l’échafaud

Terry va partir en Afghanistan. Il s’est engagé. Il va quitter sa vie new-yorkaise et ses proches pour défendre sa patrie. Pour « fêter » ça, ses amis l’ont invité en haut de l’Empire State Building. Mais très vite, quelque chose ne va pas. Des créatures assoiffées de sang pullulent et envahissent l’immeuble en tuant tout sur leur passage, semblant être des sortes de vampires.

Coincés dans ce gratte-ciel infesté, Terry, ses amis ainsi que tous ceux qui étaient présents vont essayer de sortir de cet enfer de 102 étages... Nous sommes clairement ici dans un scénario catastrophe pur jus, et les auteurs ne cachent pas leur plaisir de nous faire flipper comme il se doit grâce à un rythme, un découpage et des dialogues très efficaces. Quant à Adlard, sa remarquable sobriété est toujours à l’œuvre. Un thriller de bon aloi !

Article publié dans le magazine Zoo n°70 Mars - Avril 2019

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants