ZOO

Vernon Subutex - T1 (Novembre 2020)

couverture de l'album

Série : Vernon SubutexTome : 1/1Éditeur : Albin Michel

Scénario : Luz, Virginie DespentesColoriste : Mathilda

Prix : 29.90€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

L'écrivaine Virginie Despentes a livré une œuvre extraordinaire, de Baise moi aux Jolies choses en passant par sa vision au vitriol du féminisme, King Kong Théorie. Mais sa trilogie Vernon Subutex reste une de ses plus grandes réussites. Luz s'en empare comme s'il l'avait écrite. Ce premier volume est un pavé dans l'univers du rock parisien.

Le chanteur Alex Bleach explose sur la scène française. Son vieux pote Vernon Subutex, qui tient la boutique de disques Revolver, n'a pas vu l'étoile filante naître dans le ciel des nuits rock'n'roll. DJ talentueux et homme à femmes, Vernon va tout perdre et se retrouver à la rue. Dans sa descente aux enfers, il a conservé des cassettes de témoignage d'Alex, qui a passé l'arme à gauche. Trop de drogues. Trop de sexe. Trop de rock'n'roll...


L'adaptation BD respecte scrupuleusement le roman

L'adaptation BD respecte scrupuleusement le roman
© Albin Michel

Quel fan de Virginie Despentes aurait pu penser qu'une adaptation en BD de sa trilogie Vernon Subutex, une de ses meilleures œuvres, serait encore plus captivantes en BD que le texte original, paru chez Grasset entre 2015 et 2017. Pas moi. Et pourtant. Dans ce premier volet, Luz, rescapé de l'attentat meurtrier de Charlie Hebdo et de la liberté d'expression, transcende l'œuvre de l'ancienne disquaire et actrice porno pour en livrer le meilleur.


C'est l'histoire d'une chute. Celle de Vernon SubutC'est l'histoire d'une chute. Celle de Vernon Subutex. Il fut disquaire pendant 25 ans.ex. Il fut disquaire pendant 25 ans.

C'est l'histoire d'une chute. Celle de Vernon Subutex. Il fut disquaire pendant 25 ans.ex.
© Albin Michel

Plus qu'une adaptation, cette BD est un prolongement revisité de l'œuvre originale. Luz apporte à Despentes sa patte graphique singulière, idéale dans ce décorum sexe, drogues et rock'n'roll. Bon, un bémol quand même : il faut se le cogner, ce bloc de trois cents pages dont vos poignets se souviennent le lendemain pour peu que vous lisiez au pieu. Mais ces quelques courbatures livresques valent grandement le détour.

Au fil des 304 pages qui fondent ce premier opus diablement costaud, Despentes et Luz avancent de concert dans un esprit déjanté qui leur est propre. La fusion de leurs deux univers est une aubaine.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants