ZOO

Birthright - T3 (Octobre 2016)

couverture de l'album

Série : BirthrightTome : 3/7Éditeur : Delcourt

Scénario : Joshua WilliamsonDessin : Andrei BressanColoriste : Adriano Lucas

Collection : Contrebande

Genres : Comics, Heroic fantasy

Public : Tout public

Prix : 16.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Dans ce troisième tome du comic Birthright, de nombreuses révélations soulèvent de nouvelles questions : les enjeux de la quête de Mikey ne sont plus ce qu’ils semblaient être. Joshua Williamson étoffe délicieusement son récit à la sauce bien connue du drame familial, le tout toujours agréablement illustré par Andrei Bressan et Adriano Lucas.

Remis de leur affrontement avec l’esprit purifiant, Mikey et son frère Brennan continuent leur quête pour vaincre les mages de Terrenos réfugiés sur Terre. Mais l’un d’entre eux est bien décidé à se servir du père des jeunes garçons pour les attirer dans un piège, tandis que leur mère se prend d’amitié pour Rya, enceinte de Mikey.

Joshua Williamson abat enfin quelques cartes et fait tomber des révélations qui remonte la mauvaise impression que pouvait donner son scénario dans les deux premiers tomes. Il tisse un destin familial où le hasard n’a décidément pas sa place et, à l’image des Skywalker, les autres membres de la famille de Mikey semblent avoir leur rôle à jouer dans cette épopée fantastique.

Côté dessin, Andrei Bressan et Adriano Lucas continuent de délivrer des planches à l’action intense et aux couleurs bien maîtrisées. Les scènes de bataille gore s’alternent bien avec les apparitions psychédéliques de monstres. Enfin, le traitement graphique des mages, tantôt d’apparence humaine tantôt créatures fantastiques, offre de nouveaux angles visuels alimentant le dynamisme du scénario.

Enfin Birthright se dévoile et promet un scénario plus riche et intéressant qu’il n’y paraissait. Espérons que Joshua Williamson continue dans cette lignée, tout en permettant au talent d’Andrei Bressan et Adriano Lucas de s’exprimer.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants