ZOO

Demon (Shiga) - T3 : Démon T.3 (Septembre 2017)

couverture de l'album Démon T.3

Série : Demon (Shiga)Tome : 3/4Éditeur : Cambourakis

Scénario : Jason ShigaDessin : Jason Shiga

Genres : Humour

Public : À partir de 16 ans

Prix : 22.00€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.0

Coke, belles voitures et séquestration de boys band : Jimmy Yee et sa fille vivent enfin leur très longue vie de démons immortels, ou presque... Mais d’anciens ennemis refont surface pour relancer l’aventure de ce troisième volume de Démon. Où le rythme et l’humour échevelés commencent un peu à s’essouffler.

Après des aventures sur la Lune et des combats dantesques et absurdes, Jimmy et sa fille coulent des jours heureux à tromper l’ennui. Jusqu’à ce que Jimmy décide de contacter Gellman, pour résoudre le mystère de la mort de son père alors qu’il n’y avait pas d’autre démon à proximité. Les nouvelles galères ne font que commencer car il n’y a pas qu’une ancienne connaissance qui sort du bois...

Après deux albums complétement barrés, Jason Shiga remet le couvert pour deux nouveaux tomes aux rebondissements fous. Son humour sans limites, entrecoupé de quelques scènes où l’émotion le dispute à l’absurde, fait cependant parfois moins mouche que dans les premiers volumes où son terrain de jeu scénaristique ne faisait que s’étendre. Là, les ennemis sont de retour pour de nouveaux combats de lieux en lieux et de corps en corps...

Son dessin toujours aussi naïf et épuré permet à toutes les folies du scénario de passer à l’image, du canon à fric au combat de sperme en passant par la défense assurée par une armée d’unijambistes à battes de baseball... La mise en cases aère toujours le tout et fait dévorer les chapitres, appuyant les scènes absurdes juste ce qu’il faut par un jeu de cadrage au cordeau.

Course-poursuite, plans machiavéliques et suspense sont au rendez-vous de ce troisième volume de Démon, légèrement moins percutant que le début de la série, mais toujours très plaisant pour les zygomatiques.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants