ZOO

Saga - T1 (Mars 2013)

couverture de l'album

Série : SagaTome : 1/9Éditeur : Urban Comics

Scénario : Brian K. VaughanDessin : Fiona Staples

Collection : Indies

Genres : Aventure, Comics, Heroic fantasy, Science-Fiction

Public : À partir de 12 ans

Prix : 15.00€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Les planètes respectives d'Alana et Marko, tous deux soldats, sont en guerre depuis des années. Alors quand ils décident de s'enfuir ensemble avec un nouveau-né sous le bras, une bonne partie de la galaxie va se mettre à leurs trousses. Voilà un étonnant mélange de relations de couple orageuses, space opera épique et humour acéré en sus.

Dans un vieux garage, Alana donne naissance à une fille. Métisse, celle-ci hérite des ailes de sa mère et des cornes de son père. Mais ce mélange est plutôt mal vu. En effet, les habitants de la planète Continent et ceux de Couronnes, sa lune, se mettent sur la tronche depuis des années. Considérés comme déserteurs par leurs camps respectifs, Alana et Marko vont devoir fuir toutes sortes de mercenaires fous furieux et prendre en stop un fantôme providentiel.

Reconnu pour ses intrigues bien ficelées, Vaughan créé ici un univers délirant où les fusées sont en bois, les luniens parlent l'espéranto, les chats sont bleus et vous crachent vos mensonges à la figure. Tout est parfaitement travaillé : les personnages aux personnalités bien trempées, les aspects géopolitiques complexes, les enchaînements à toute vitesse de cette course-poursuite hallucinante. Cet aspect dynamique est renforcé par des dialogues rentre-dedans et certaines répliques tordantes.

La couverture attire incontestablement l’œil et, si l'on peut être un instant déstabilisé en regardant à l'intérieur, les deux premières pages devraient vous convaincre que Staples est un excellent choix pour l'illustration. On intègre sans se poser de questions l'existence d'hommes à tête de téléviseur, ainsi que la femme araignée, horriblement réaliste, qui nous rappelle quelques cauchemars. Son dessin et ses personnages sont beaux et efficaces, tout simplement.

Excellent démarrage pour cette série, avec une fin de premier tome qui présage une réunion de famille explosive.

Les histoires d’amour finissent mal (en général)
Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants