ZOO

Bad Luck Witch - T1 (Février 2014)

couverture de l'album

Série : Bad Luck WitchTome : 1/6Éditeur : Tonkam

Scénario : Shin ArakawaDessin : Shin Arakawa

Collection : Shonen

Genres : Humour, Manga, Science-Fiction

Public : À partir de 12 ans

Prix : 6.99€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 2.0

Scénario

2.0

Dessin

3.0

Lorsque votre horoscope vous prédit que votre journée va être méga génialissime de sorte que si vous mourriez, vous ressusciteriez aussi sec, il vaut mieux le prendre à la lettre… Voici comment s’ouvre la série de six tomes Bad Luck Witch, à l’humour bien trop lourd.

La journée commence à merveille pour le lycéen Enji Tsururi. Son horoscope l’a prédit, Enji en est sûr : aujourd’hui, il va faire une rencontre décisive ! Même deux en fait. Un camion en pleine face qui le laisse raide mort et Hakku, la sorcière malicieuse qui le ramène à la vie. Dès lors, Enji, dont le cerveau a été transféré dans un autre corps, devient l’employé d’une bien curieuse maîtresse, chargé de sauver d’étranges créatures : les Clis.

Ce premier tome oscille entre fantastique et comédie. L’humour, graveleux, ne fonctionne pas avec tous les publics une fois passé le cercle de l’ado boutonneux. Un concours de vulgarité se livre de bout en bout, de la petite culotte porte-bonheur à voler à sa jeune sœur, aux adolescentes bonnet F, précisé par un jeune homme dont le statut est d’être officiellement pervers et dont l’étrange pouvoir consiste à laisser les hommes à moitié nus. Une impression d’immaturité et de lourdeur se dégage, ce qui gâche la lecture.

Impression de lourdeur accentuée par les nombreux raccourcis « manga » sur les expressions en dépit d’un trait classique et fin, d’un cadrage efficace et d’un rythme de narration rapide.

Le premier tome de Bad Luck Witch introduit une série qui saura plaire aux avides d’humour codifié, facile et puéril. Les autres se sentiront déroutés et soit, passeront leur chemin, soit attendront, dubitatifs, la suite avant de juger définitivement.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants