ZOO

Denjin N - T1 (Novembre 2021)

couverture de l'album

Série : Denjin NTome : 1/2Éditeur : Pika

Scénario : Yuu KuraishiDessin : Kazu Inabe

Collection : Pika Seinen

Genres : Manga, Seinen

Public : À partir de 16 ans

Prix : 7.50€

ma collection
mes souhaits
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Les auteurs de l’impressionnant Starving Anonymous reviennent dans le circuit (électrique) avec Denjin N, chez Pika, une série courte qui met un sacré coup de jus.

Nasu est un adulte abandonné par la société. Sa cellule familiale a explosé, lui envoyant ses débris en pleine trogne. Sous le feu incessant de persécutions implacables, son seul soulagement prend la forme de concerts d’un petit groupe de pop-stars japonaises assez médiocre. Investi de tout son être dans leur carrière, il leur souhaite de devenir les meilleures idoles du pays. Lorsqu’une ultime humiliation l’amène à choisir
une fuite létale et définitive, la conscience de Nasu se transfère dans le réseau électrique environnant. Maintenant à même de manipuler tout appareillage électronique à sa convenance, l’ancien souffre-douleur se penche alors corps et âme (ou du moins âme tout court) sur sa starlette préférée, quitte à user de moyens radicaux pour la projeter au sommet.



Denjin N t.1

Denjin N t.1
© Pika, éditions 2021


Fondre littéralement un boulon !

Si le manga Hikari-Man vient immédiatement en tête à la lecture de ce synopsis, c’est vers Death Note qu’il faudra chercher les principales inspirations. Celles-ci transparaissent notoirement à travers le récit, alternant hommages et réutilisations de principes structurants.

Vengeur glauque, vindicatif brutal, le stalker au comportement aussi extrême qu’irrationnel se plonge immédiatement dans le territoire dangereux de l’omnipotence dérangée. Contrairement à l’implacable froideur calculatrice de Death Note, Denjin N spirale incontrôlablement vers le chaos total. Un thriller qui fait des étincelles.


Article publié dans le mag ZOO n°84 Novembre-Décembre 2021

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants