ZOO

Distopiary - T4

couverture de l'album

Série : DistopiaryTome : 4/5Éditeur : Pika

Scénario : Fumitaka SengaDessin : Tellmin'

Collection : Shonen

Genres : Heroic fantasy, Manga, Shonen

Public : De 9 à 15 ans

Prix : 7.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.0

Malgré quelques dégâts, Tolza a réussi à vaincre son ennemie. Dans ce quatrième volume de Distopiary, nous délaissons le « héros » pour les personnages des observatrices et d'autres exterminateurs, concurrents de Tolza. Un tome qui retarde l'action et laisse planer le doute sur la manière dont l'histoire va se terminer.

Tandis que Tolza rencontre un nouveau compagnon, proche du maire de la Cité des médias,  nous rencontrons Azoth, un autre exterminateur, dont le pouvoir consiste à cloner ses compagnons afin d'additionner leurs niveaux, ainsi que son observatrice, Rakiya. Tout laisse à penser que ces personnages finiront par croiser la route du protagoniste.

Ce quatrième tome achève de brouiller les pistes quant au véritable antagoniste du manga. Si le cirque représente « le mal », notion plutôt vague, les exterminateurs ne valent pas mieux que lui. Pas plus que le pouvoir en place, qui est, rappelons-le, à l'origine du Roi du mal, et dont le cynisme éclate à chaque page.

La série étant censée se terminer au volume suivant, cet avant-dernier tome est surprenant. Le développement des personnages est bien mené et il aurait été dommage de ne pas exploiter davantage l'univers mais on se demande comment les deux auteurs vont pouvoir clore chacune des pistes lancées jusqu'à présent.

Le dessin, dans la lignée des volumes précédents est ici moins marquant, étant donné le peu de scènes d'action. Les visages, en particulier, sont en décalage avec le reste. L'augmentation de personnages féminins fait plaisir, dommage que cela s'accompagne d'un fan service plus appuyé.

Un tome de transition, qui fait monter le suspense quant au final. En tout cas on a hâte de savoir comment va se terminer cette histoire et quels seront les partis pris finaux. Tout semble encore possible.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants