ZOO

Dragon Head - T1 (Janvier 2017)

couverture de l'album

Série : Dragon HeadTome : 1/10Éditeur : Pika

Scénario : Minetaro MochizukiDessin : Minetaro Mochizuki

Collection : Graphic

Genres : Manga, Polar / Thriller, Seinen

Public : À partir de 12 ans

Prix : 18.00€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

4.5

Dessin

4.5

Éditée en 1995, la série Dragon Head reparaît aujourd'hui en cinq volumes d’angoisse magistrale. Dans son huis-clos apocalyptique, Minetaro Mochizuki plonge dans les abysses de l’horreur et dépeint avec un grand talent l’hostilité de la nature humaine.

© Minetaro MOCHIZUKI
Kodansha Ltd.

De jeunes lycéens rentrent chez eux, à Tokyo en train. Soudain, une violente secousse fait basculer le véhicule et ses passagers : c’est l’accident. Quand Teru se réveille, le silence cruel et la luminosité minime lui indiquent qu’il est un survivant de sa classe, réduite à des cadavres et de la chair humaine éparpillée. Alors qu’il panique, il entend soudain un filet de voix, un bruit, quelque part... Il n’est pas seul. Deux autres camarades, Ako encore inconsciente et Nobuo, un garçon inquiétant, cherchent à comprendre l’origine du carnage.

L’angoisse et l’inquiétude dominent dans ce premier volume. A l’image des personnages, le lecteur cherche à trouver l’origine de la catastrophe au sein de cette atmosphère lugubre, parfaitement retranscrite. La tension palpable et la dangerosité sous-jacente de Nobuo renforcent le suspense. La cohabitation des trois élèves dans cet environnement étouffant fait peu à peu monter la pression et ressurgir les côtés sombres de leur personnalité.

D’un réalisme incroyable, le graphisme reflète l’épouvante de la situation. Passant de la vignette moyenne à la double page, de plans rapprochés à des plans plus larges, la diversité des points de vue participe à l’immersion totale du lecteur. Les détails sont ainsi subtilement perçus et font trembler au fil des pages. C’est souvent à travers le regard de Teru en particulier que la folie grandissante se fait percevoir, et que la gravité de la situation se confirme. Les traits des personnages reflètent aussi leurs caractères, soulignant ainsi la précision de l’ensemble.

Ainsi, cette réédition bienvenue nous fait redécouvrir un manga magistral qui n’a pas pris une ride !

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants