ZOO

Food Wars ! Shokugeki No Soma - T2 : Food Wars ! Vol.2 (Novembre 2014)

couverture de l'album Food Wars ! Vol.2

Série : Food Wars ! Shokugeki No SomaTome : 2/27Éditeur : Tonkam

Scénario : Yuko TsukudaDessin : Shun Saeki

Genres : Humour, Manga, Shonen

Public : Tout public

Prix : 6.99€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 2.5

Scénario

2.5

Dessin

3.0

Ce deuxième volume de Food Wars, paru chez Tonkam, poursuit les aventures culinaires du jeune Sôma. Si l’intrigue est plus solide dans ce tome, il peine pourtant toujours à convaincre complètement.

Sôma poursuit son ascension sociale au sein de son école culinaire. Peu à peu son entourage s’étoffe. Amis, ennemis, rivaux, toutes sortes de jeunes cuisiniers ambitieux grouillent autour du jeune prodige des fourneaux. Sôma va livrer son premier duel de chef dans une longue lignée de combats destinés à prouver sa valeur. Ils lui permettront de gravir l’échelle du goût et de la réussite des saveurs. Luttes et rivalités sont au rendez-vous de ce Top chef en bande dessinée.

Si la thématique de l’ascension sociale reste intéressante et l’intrigue satisfaisante, le traitement de l’ensemble est trop gras pour être totalement digeste. Les aliments et recettes, à la base du récit, sont traités avec trop d’emphase pour séduire complètement. Tout semble compliqué et les plats mentionnés ne font pas saliver. L’aspect culinaire paraît artificiel tant il est à la limite du pompeux.

Les métaphores sexuelles, sur l’émoi des sens provoqués par la nourriture, envahissent le récit à grand renfort de pleines pages. Qu’un personnage féminin (à seins généreux) goûte un plat et pof : pleine page, habits qui volent, expressions suggestives… Si le dessin est solide, la récurrence de ce type de scènes finit par lasser et nuire tant au propos qu’au graphisme.

Ce deuxième volet confirme l’impression laissée par le premier tome. La série déçoit par trop de facilités et par manque de profondeur. Alors que le sujet de base, sans être fortement original, méritait pourtant qu’on s’y intéresse, le traitement lasse par son manque de finesse et de maturité.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants