ZOO

Frau Faust - T1 (Novembre 2017)

couverture de l'album

Série : Frau FaustTome : 1/5Éditeur : Pika

Dessin : Kore Yamazaki

Collection : Seinen

Genres : Manga, Seinen

Prix : 7.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

3.5

Dessin

3.0

Faust. Nom maudit d'un homme avide de connaissances qui aurait pactisé avec le démon Méphistophélès pour acquérir davantage de savoir. Et si derrière cette légende se cachait une femme ? Tel est l'intéressant parti pris de Kore Yamazak dans cette réécriture. Malgré la maigreur de ce premier volume, l'auteure de The Ancient Magus Bride nous régale de ses thèmes favoris : fantastique et occultisme.

Un garçon du nom de Marion rencontre un jour une femme excentrique qui devient son professeur. Il comprend bientôt que son étrange maître n'est autre que le célèbre Faust de la légende... et que celle-ci s'éloigne quelque peu de la réalité.

Kore Yamazaki s'inspire du mythe et le poursuit : nous découvrons une Faust déjà liée à Méphisto et qui cherche surtout à reconstituer son corps éparpillé et à échapper à l'Inquisition. La personnalité de Johanna repose sur un savoureux mélange de démesure faustienne et d'archétype du savant fou de manga. Ses pouvoirs demeurent relativement flous et l'œil neuf de Marion nous sert de point de repère.

Le dessin régulier séduit par sa fluidité et son dynamisme mais déçoit parfois par sa simplicité. Les arrière-plans presque toujours vides auraient pu reconstituer un décor pittoresque d'Allemagne médiévale légendaire. Le trait semble plus en adéquation avec le one-shot bonus que l'on trouve à la fin du tome, à l’intrigue épurée et au réalisme magique lourd de sens.

Frau Faust offre des partis pris originaux, mêlant intelligemment l'univers original et l'esthétique manga. Malgré tout, ce premier volume paraît bien court pour s'attacher aux personnages. L'histoire qui suit Frau Faust entre en décalage avec le reste : ton différent et contemporanéité brutale. Mais elle nous permet de lire un one-shot bien ficelé que l'on n'aurait sans doute pas pu voir publié autrement.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants