ZOO

Gereksiz - T2 : La Dimension Invisible T.2 (Mai 2019)

couverture de l'album La Dimension Invisible T.2

Série : GereksizTome : 2/2Éditeur : Akata

Scénario : Minoru FuruyaDessin : Minoru Furuya

Collection : WTF?!

Genres : Manga, Seinen

Public : À partir de 12 ans

Prix : 8.05€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

0.0

Dessin

0.0

Gereksiz, la série qui concourt dans la catégorie du nom le plus imprononçable, se conclut en mai dans un second tome aussi perturbant que le premier.

Absurde, totalement absurde, merveilleusement absurde : voilà qui résume bien l’essence de cette série courte d’une efficacité folle. Tatsumi Onishi, quarantenaire esseulé spécialiste des Baumkuchen, se voit soudainement affublé d’une authentique tronche de cul. Sa tête entière prend la forme d’une rondouillarde paire de fesses qui ne perdra pas de temps à se détacher de son corps. Au dur chemin qui mène à l’acceptation de cette nouvelle réalité se joignent de nombreux nouveaux problèmes effarants. La série au rythme terriblement rapide surprend constamment. L’auteur aurait pu se reposer sur son concept mais ne cessera de le transfigurer, à l’image de son héros maintenant protéiforme. Point d’atermoiements sur les possibilités d’une hallucination et c’est tant mieux. La véracité de la métamorphose promptement acceptée, il est temps d’aborder d’autres thèmes sous couvert de l’étrange le plus absolu.

© Minoru Furuya / Kodansha Ltd.

Du Baumkuchen au coeur

Amour puis amitié, inaction puis intégration : sans se confronter frontalement à la société, la série s’interroge sur la place d’autrui, sur l’importance du lien social et, sans larmoiements mais avec humour et exagération, sur l’impact que doit avoir une vie. Minoru Furuya semble apprécier de tels sujets et fait preuve d’une belle maîtrise de ses extravagances. Après Saltiness, une série exubérante sur des thèmes semblables, il pénètre dans une loufoquerie de façade très bien construite et beaucoup plus substantielle que prévue, servie par un style visuel mélangeant précision et bouffonnerie à la perfection. Encore un bien bel ajout à la catégorie WTF d’Akata, qui n’a pas fini ni de mériter nos louanges, ni de coller à son nom.

Article publié dans le magazine Zoo n°71 Mai - Juin 2019

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants