ZOO

Golden Kamui - T9

couverture de l'album

Série : Golden KamuiTome : 9/15Éditeur : Ki-oon

Scénario : Satoru NodaDessin : Satoru Noda

Genres : Manga, Seinen

Public : À partir de 12 ans

Prix : 7.90€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

3.5

Dessin

4.0

Après la parenthèse morbide du tome précédent, ce neuvième opus remet l’accent sur la culture aïnoue. Il accorde également une large part au passé du « roi de l’évasion », le fantasque Shiraishi. Un bon volume de Golden Kamui même s’il fait peu progresser l’intrigue générale.

La petite troupe de Sugimoto a désormais fait alliance avec celle du vieil Hijikata pour contrer leurs terribles adversaires de la 7e division. Pendant ce temps, les hommes du lieutenant Tsurumi réussissent à mettre le feu à la maison du taxidermiste fou, détruisant ainsi tous les indices qui permettaient de distinguer les fausses peaux des vraies. Sugimoto et ses amis partent alors à la recherche d’un faussaire capable de reconnaître les vraies peaux. En chemin, ils s’arrêtent dans un village aïnou des plus étranges.  

Le scénario de ce neuvième tome délaisse un moment l’intrigue principale pour développer la personnalité des personnages secondaires, notamment celle du loufoque Shiraishi en évoquant son passé tumultueux. Comme d’habitude, les coutumes aïnoues sont aussi longuement évoquées.  

Le beau dessin semi-réaliste de Satoru Noda a encore gagné en maturité. Si les scènes de combat sont toujours très sanglantes et spectaculaires, l’histoire repose aussi sur une solide documentation, notamment en ce qui concerne les mœurs aïnoues. Le découpage très efficace rend les scènes d’action toujours aussi spectaculaires. On peut cependant regretter que la couleur de la couverture soit d’un rose bonbon particulièrement malvenu.

La série poursuit donc paisiblement son cours avec ce 9e volume solide qui constitue une sorte de pause dans la course aux peaux de tatoués. Gageons que la quête se poursuivra de plus belle dans le prochain tome.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants