ZOO

Golden Kamui - T18 (Juin 2020)

couverture de l'album

Série : Golden KamuiTome : 18/21Éditeur : Ki-oon

Scénario : Satoru NodaDessin : Satoru Noda

Collection : Seinen

Genres : Manga, Seinen

Public : À partir de 12 ans

Prix : 7.90€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

À Hokkaïdo, Kadokura part sur les traces du dangereux Sekija, un fugitif spécialiste des poisons qui a enlevé Hijikata et Ushiyama. Pendant ce temps, à Sakhaline, Kiroranke évoque sa jeunesse révolutionnaire aux côtés de Wilk, le père d’Ashirpa. Un album mouvementé et souvent drôle qui fait la part belle à des personnages secondaires de la saga.

Kadokura et son assistant Kiraushi sont à la recherche du perfide Sekija, un ancien prisonnier tatoué grand spécialiste des poisons. Sekija est aussi un amateur de paris et propose toujours à ses adversaires des jeux pervers où ils doivent choisir au hasard entre pilules inoffensives et comprimés mortels. Il a ainsi réussi à capturer Hijikata et son garde du corps, le colosse Ushijama. Face à ce redoutable adversaire, Kadokura craint le pire car il a toujours joué de malchance tout au long de sa malheureuse existence. La fortune va-t-elle enfin lui sourire pour échapper aux poisons de Sekija ?

Le scénario de cet album est concentré largement sur l’inattendu Kadokura. L’ancien gardien-chef va prouver qu’il dispose de ressources insoupçonnées pour venir en aide à Hijikata et Ushijama. Tout aussi passionnante, la deuxième partie de l’intrigue nous éclaire sur le passé de Wilk, le père d’Ashirpa.

Le dessin de Satoru Noda demeure toujours aussi élégant. Les actions sont spectaculaires et les décors enneigés d’Hokkaïdo et Sakhaline sont magnifiques. Le découpage et la narration impeccables permettent de suivre sans difficultés l’histoire malgré sa complexité et le très grand nombre de protagonistes.

Ce 18e tome est un album agréable à lire et divertissant même s’il ne fait intervenir que très peu les personnages principaux : Ashirpa et Sugimoto.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants