ZOO

Golden Kamui - T16 (Septembre 2019)

couverture de l'album

Série : Golden KamuiTome : 16/19Éditeur : Ki-oon

Scénario : Satoru NodaDessin : Satoru Noda

Genres : Manga, Seinen

Public : À partir de 12 ans

Prix : 7.90€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

3.5

Dessin

4.0

Toujours dispersés à la recherche des peaux de tatoués, les groupes de Sugimoto et Ashirpa sont partis à Sakhaline, celui d’Hijikata est resté à Hokkaïdo sur la piste d’un évadé. Malgré la complexité de la situation, les différentes histoires sont divertissantes et ne manquent pas de rebondissements : un album solide et plaisant.

Hijikata et ses acolytes traquent un fugitif nommé Shinzo Doi. L’homme, jadis un redoutable tueur surnommé « l’exécuteur », n’est aujourd’hui plus qu’un vieillard sénile et incontinent. Doi a évidemment accumulé au fil des années de multiples ennemis qui souhaitent aujourd’hui lui faire la peau. Mais le vieil homme est-il aussi inoffensif qu’il en a l’air ? De leur côté, Sugimoto et ses amis croisent la route du cirque Yamada. Ils ont alors l’idée saugrenue de participer à une représentation pour passer dans les journaux et attirer l’attention d’Ashirpa. L’idée semble bien farfelue, surtout que tous les membres de la bande sont loin d’avoir des dons artistiques.

Totalement relancée sur l’île de Sakhaline, l’intrigue s’avère agréable à lire même s’il est parfois difficile de trouver un fil directeur dans le scénario. Le lecteur en apprend beaucoup sur le passé complexe de Sakhaline avec ses peuples autochtones et sa double domination russe et japonaise.  

Le dessin semi-réaliste de Satoru Noda se révèle toujours aussi vif et élégant. Les scènes d’action spectaculaires rendent honneur à la riche documentation irréprochable sur Sakhaline qu’il a accumulée sur la ville. Le découpage dynamique permet de suivre parfaitement l’histoire en dépit du grand nombre de situations et de personnages.

Ce 16e tome sort des sentiers battus et permet d’en apprendre beaucoup sur le passé trouble de certains des protagonistes. Iconoclaste et réussi !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants