ZOO

La fête des ombres - T2 (Octobre 2021)

couverture de l'album

Série : La fête des ombresTome : 2/1Éditeur : Issekinicho

Scénario : Atelier SentôDessin : Atelier Sentô

Genres : Aventure, Fantastique

Prix : 16.90€

ma collection
mes souhaits
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Naoko est Japonaise. Dans son pays où l’on ne plaisante pas avec les traditions millénaires, elle est chargée de prendre en charge une ombre avant la fête dédiée à ce genre de fantômes. Deuxième et dernier volet gracieux et plein d’amour, signé Cécile Brun et Olivier Pichard.

Mais qui est cet homme ? Et surtout, que lui est-il arrivé de grave ? C’est ce que Naoko doit découvrir avant la fête des ombres, qui a lieu dans son village nippon durant l’été. La jeune fille doit faire vite pour percer au grand jour le secret de son ombre et lui insuffler un nouvel élan.

Mais la tâche est bien plus compliquée qu’elle n’en a l’air. Naoko visite son ombre à Tokyo, pose pour lui dans son atelier de peintre. Elle essaie de rassembler les éléments de son passé pour soulever enfin le voile qui recouvre la vérité de cette homme. Y parviendra-t-elle avant la fête des ombres ?


Olivier Pichard et Cécile Brun proposent un concentré de poésie

Olivier Pichard et Cécile Brun proposent un concentré de poésie
© Issekinicho, éditions 2021

Après Onibi, l’Atelier Sento partage une nouvelle création inspirée par ses voyages au Japon. La travail de ce duo fan du pays du soleil levant est simplement remarquable. Le récit d’Olivier Pichard est un concentré de poésie. Il est porté haut par un dessin qui l’honore et des couleurs qui le subliment, le tout signé Cécile Brun.

En deux tomes, ils parviennent à nous entraîner avec eux dans cette histoire fantastique emprunte de mysticisme, de croyances ancestrales et de sentiments humains. La fête des ombres fait partie de ces bd qu’on a envie de partager, faire découvrir inlassablement. Comme un coucher de soleil sur le mont Fuji, à l’ombre d’un cerisier japonais bienveillant.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants