ZOO

La petite fille aux allumettes - T1

couverture de l'album

Série : La petite fille aux allumettesTome : 1/3Éditeur : Komikku éditions

Scénario : Sanami SuzukiDessin : Sanami Suzuki

Genres : Manga, Seinen

Public : À partir de 16 ans

Prix : 7.90€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 2.5

Scénario

2.0

Dessin

3.0

Le premier volume de La petite fille aux allumettes, manga en 6 tomes, propose un univers fantastique où Rin vend des allumettes qui réalisent les souhaits. Cette variation moderne de conte s’avère plaisante mais la petite vendeuse de rêves déçoit rapidement.

Rin apparaît pour aider des personnes qui peinent à réaliser leurs rêves. Chaque allumette qu’elle vend permet d’exaucer un désir et une boîte de 50 allumettes coûte un an de vie. Les clients n’hésitent pas longtemps avant d’accepter l’offre de Rin, notamment Osamu Akitsu, un jeune lycéen un peu fade qui aimerait que les filles s’intéressent davantage à lui. Les allumettes chimériques de Rin vont lui permettre de réaliser son vœu au-delà de ses espérances.

Ce manga n’a évidemment rien à voir avec le conte d’Andersen, à part son titre. Chaque tome est divisé en petites histoires indépendantes : le lycéen qui veut connaître le succès auprès des filles, le jeune homme qui rêve d’être justicier, l’artiste jalouse, l’amoureux transi... Les risques de lassitude sont importants mais l’auteur réussit à renouveler suffisamment les intrigues et les personnages pour éviter les répétitions. Pour autant, les histoires sont très inégales et, si quelques-unes sortent du lot, beaucoup manquent malheureusement d’originalité ou sont mal construites.

Le dessin de Sanami Susuki, assez atypique pour un mangaka, offre une ligne souvent vacillante, ce qui convient bien à une histoire basée sur les chimères et les rêves. Certaines cases ressemblent presque à des brouillons tant elles sont hachurées. Le découpage dynamique des cases n’hésite pourtant pas à adopter des perspectives audacieuses. Malheureusement, cela n’est pas toujours fait à bon escient et complique parfois inutilement la lecture.

Ce premier tome pèche par le manque d’originalité de ses histoires mais n’annonce pas un concept éteint si les intrigues suivantes se musclent...

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants