ZOO

Les Enfants de la baleine - T8

couverture de l'album

Série : Les Enfants de la baleineTome : 8/12Éditeur : Glénat Manga

Scénario : Abi UmedaDessin : Abi Umeda

Collection : Seinen

Genres : Aventure, Fantastique, Heroic fantasy, Manga, Seinen

Public : À partir de 12 ans

Prix : 6.90€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

4.5

Dessin

4.5

Phaleina arrive au bout de son périple vers Amonlogia. Pourtant, entre la découverte de la chambre de Midén, les révélations qu’elle contient et la menace toujours présente d’Apathoïa, ses habitants ne sont pas au bout de leurs peines. Ce huitième volume poursuit le voyage de la baleine de glaise avec le même brio que les précédents.

Suite à la découverte de la chambre de Midén, Chakuro et ses amis s'interrogent : quelle est réellement la nature d'Ohni ? Est-il réellement le démon que les textes semblent décrire ? Bien qu’ils aient choisi de garder le silence à ce propos, les indices ne tardent pas à filtrer et sèment le trouble, divisant la population de la baleine au sujet d’Ohni.

Le manga revient également sur les ennemis de la baleine, que nous n'avions pas vus depuis longtemps. Orca est toujours décidé à réattaquer Phaleina pour s'emparer de son Noûs et du pouvoir du daimonas. Loin de n'être qu'une menace à abattre, le frère de Lycos révèle ici, malgré lui, quelques bribes de son passé.

L'univers d'Abi Umeda reste proche graphiquement de celui de Nausicaa de la Vallée du vent, série avec laquelle Les Enfants de la baleine partage d'ailleurs un certain goût pour la multiplication des personnages et les intrigues politiques plus complexes qu'il n'y paraît. Le dessin reste doux, sensible et poétique. L'origine « shojo » du manga se ressent de plus en plus à travers le découpage audacieux et l'usage des trames, qui renforcent la beauté du titre.

Ce huitième tome, dans la lignée des précédents, confirme cette série comme une œuvre superbe, en termes de graphismes comme de contenu.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants