ZOO

Manchuria Opium Squad - T1 (Janvier 2022)

couverture de l'album

Série : Manchuria Opium SquadTome : 1/3Éditeur : Vega

Scénario : Shikako, Tsukasa Monma

Collection : Seinen

Genres : Historique, Manga, Seinen

Public : À partir de 16 ans

Prix : 8.00€

ma collection
mes souhaits
série

Dreamteam of drug dealers

Note ZOO 4.5

Scénario

5.0

Dessin

4.0

Première dose de Manchuria Opium Qquad chez Vega en début d’année. Tirez une latte sur ce manga dangereu­sement addictif.

1931, le Japon se bat intensément pour grappiller du territoire chinois. Ses victoires lui assurent la domination d’une région entière renommée, la Mandchoukouo. Pris dans les filets d’une guerre injuste de toute part, puis abandonné à son sort, un jeune garçon incapacité par les combats se résout à cultiver du pavot pour soigner sa mère atteinte de la peste. La solution n’est pas miraculeuse puisqu’une guerre sous-marine fait rage pour le contrôle des plantations qui foisonnent à travers tout le pays. L’opium, source de tous les maux, source de toutes les richesses, sera-t-elle la source de sa liberté ? 



Extrait de Manchuria Opium Squad T.1 © Tsukasa Monma, Shikako / Kodansha Ltd.Vega Edition


À chacun son enfer

Manchuria Opium Squad lève un lièvre dont la France a relativement peu conscience : la violence et la récence des élans expansionnistes japonais envers leurs voisins directs. La série en ressort avec une texture, une épaisseur particulière. La fatalité d’un malheur qui en engendre un autre, la pression et les manipulations omniprésentes accentuent le marasme incessant. Bien que le récit ménage de belles respirations, l’horreur de l’opium n’est jamais minimisée. L’horreur des choix ultérieurs du personnage ne l’est par conséquent pas non plus. Le récit, à la base scientifique très solide continuant à le renforcer, alterne des moments de tension très variés. On y retrouve une façon brouillée de décrire le monde qui rappellera parfois Golden Kamui et parfois Sidooh. Abandonner son humanité n’est pas encore requis, mais la compromettre fortement est parfois inévitable. 

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants