ZOO

Prisonnier Riku - T2 (Novembre 2014)

couverture de l'album

Série : Prisonnier RikuTome : 2/27Éditeur : Akata

Scénario : Shinobu SeguchiDessin : Shinobu Seguchi

Genres : Manga, Shonen

Public : De 12 à 17 ans

Prix : 6.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.0

Après un premier tome surprenant, franchement divertissant et sincèrement intéressant, Prisonnier Riku revient dans un deuxième tome… Et commence à se perdre dans les méandres du respect des codes du shônen…

Ce deuxième opus commence donc par le match, presque interminable, de rugby entre Riku et Renoma, le massif chef de la menuiserie 27. Ben ouais, parce que quand on est en prison et qu’on n’a pas de super-pouvoir, on met en scène les confrontations comme on peut ! Du haut de son mètre 40, Riku arrive à venir à bout de Rénoma, qui du coup, se retrouve à l’isolement….

Riku va donc devenir une sorte d’autorité morale sur la 27, dont les membres vont progressivement, c'est à dire en 2 pages et demi, adopter son point de vue généreux, égalitariste et respectueux. Une transition bien rapide, mais justifiée par le fait qu’en réalité, tous ces prisonniers sont au mieux innocents, au pire sont emprisonnés pour de nobles motifs à la Jean Valjean….

L’excitation du premier tome retombe donc un peu. Là où l’on pouvait s’attendre à des personnages hors des carcans habituels du shônen, avec, qui sait, un peu plus d’égoïsme véritable, un brin d’instinct de survie ou un soupçon de cruauté gratuite, on se retrouve avec des brutes au cœur d’or. Et lorsqu’un prisonnier exacerbe les caractéristiques décrites plus haut, ce n’est qu’une façade pour assurer sa domination… En fait, au fond, il est gentil.

Prisonnier Riku reste toutefois suffisamment divertissant et original pour se lire avec plaisir. La narration est solide, le dessin est classique mais précis et regorge d’effets dynamiques plutôt bien gérés. Mais vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir de commentaire véritable sur le fonctionnement des institutions pénitentiaires…

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants