ZOO

Prisonnier Riku - T4

couverture de l'album

Série : Prisonnier RikuTome : 4/27Éditeur : Akata

Scénario : Shinobu SeguchiDessin : Shinobu Seguchi

Genres : Manga, Shonen

Public : De 12 à 17 ans

Prix : 6.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 2.5

Scénario

2.5

Dessin

3.0

Dans ce tome 4, Prisonnier Riku continue à s’enliser dans une guerre des gangs que l’on espère de plus en plus courte à mesure qu’elle s’allonge… Où des personnages se révèlent dans des flash-backs téléphonés, où l’innocence se révèle au temple de la culpabilité…

Notre prison du futur compte décidément plus d’innocents au mètre carré que la prison moyenne d’un blockbuster d’été. Dans cet épisode, nous découvrons donc la tragique histoire du chef du clan concurrent : il a commis des crimes pour payer l’opération de sa sœur malade ! Quelle surprise !

Blague à part, son axe de développement est plutôt intéressant : poussé aux combats de boxe clandestine alors qu’il est encore adolescent, il rentre en concurrence avec Rénoma, chef d’un gang d’ados, qui le battra en combat singulier, lui crevant un œil au passage. Mais, Rénoma, sympa, s’occupera de payer l’opération de sa sœur pendant qu’il est incarcéré, avant de le rejoindre quelques temps plus tard.

Là s’arrête la partie intéressante. Parce qu’après ça, il a un peu zappé de lui dire que sa sœur avait été opérée et qu’elle va bien ! Et qu’elle, de son côté, n’a pas l’air de s’être vraiment inquiétée de l’incarcération de son frère qui essayait de lui sauver les miches, parce qu’elle ne lui a jamais dit qu’elle était toujours vivante ! Mais bon, Rénoma et son rival se font un petit quart d’heure confessions à l’isolement, et tout va mieux après, on arrête la grosse dispute.

On espère sincèrement que cette guerre va se boucler rapidement. L’histoire commence sérieusement à ramer, et les nouveaux personnages révèlent que cette prison regorge de profils à la Jean Valjean. Profil pas passionnant, parce qu’au bout du troisième, on commence un peu à le sentir venir ! On espère retrouver rapidement le souffle plus subtil et en même temps plus révolté du premier volume.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants