ZOO

Seven - Snow White and the Seven Dwarves - T1 : Seven T.1 (Juin 2014)

couverture de l'album Seven T.1

Série : Seven - Snow White and the Seven DwarvesTome : 1/5Éditeur : Tonkam

Scénario : Kuroko YabuguchiDessin : Kuroko Yabuguchi

Genres : Manga, Seinen

Public : À partir de 16 ans

Prix : 9.35€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

2.5

Dessin

3.0

Seven est une série en cinq tomes de Kuroko Yabuguochi. Paru dans le magazine Young Jump, elle y a remplacé la série Zetman. Tonkam en propose la traduction avec un premier tome qui pose un univers séduisant au premier abord mais lent à prendre.

Takeru se réveille sans souvenir dans un Japon détruit par une pluie de météorites. Pire que son amnésie, son bras est animé d’une force incontrôlable et s’enflamme dangereusement, ce qui ferait de lui un Tekigosha, agents appartenant à l’office métropolitain. À la recherche de son frère et de son passé, et aidé par l’affable Makoto, il va peu à peu comprendre les nouvelles règles dictatoriales fixées par le gouverneur Kurokuyi. Règles qu’il aura tant de mal à respecter qu’il se retrouvera vite en prison, bien décidé à s’en échapper emportant avec lui une étrange petite fille blonde ainsi que le trouble Fujimaru.

Interpréter un conte classique dans un univers parallèle, soit ici Blanche-Neige dans un monde post-apocalyptique, est toujours séduisant. Si les personnages sont sympathiques et si l’intrigue prend, l’univers s’installe pourtant trop lentement pour réellement convaincre. L’aspect poussif nuit au suspense et le rapport annoncé avec Blanche-Neige n’est pas évident d’emblée.

Heureusement la galerie de personnages permet de susciter quand même l’intérêt. Le graphisme soigné permet de bien les différencier, voire d’ajouter à leur charme et mystère comme dans le cas de Fujimaru, l’homme androgyne au visage de cire. L’idée de collectionner les Tekigosha, comme probablement autant de sept nains, suffit pour attendre la suite.

Ce premier tome plaisant donne pourtant la sensation de tourner autour de l’histoire sans jamais réellement entrer dedans. Le pitch est plus intéressant que le contenu propre ce qui est toujours décevant. Espérons qu’il ne s’agisse que d’une introduction un peu longue et que la suite de la série sera plus dynamique.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants