ZOO

Sleeping Charon - T1

couverture de l'album

Série : Sleeping CharonTome : 1/2Éditeur : Komikku éditions

Scénario : Sayaka MogiDessin : Sayaka Mogi

Genres : Fantastique, Manga

Public : À partir de 16 ans

Prix : 7.99€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO Le Mag

Note ZOO Le Mag 3.5

Scénario

3.5

Dessin

4.0

Perdu dans un lieu mystérieux aux allures d'enfer, un jeune garçon amnésique franchit une immense porte et est recueilli par une étrange fillette du nom de Charon. Malgré l'affabilité de son hôte, notre héros s'inquiète. Où est-il ? Que fait-il ici ? Qui est-il ? Ainsi commence le nouveau conte horrifique de Sayaka Mogi qui, après Pupa, s'attaque avec brio au genre du merveilleux macabre.

Un petit garçon amnésique s'échappe de l'ombre qui recouvre son corps et se retrouve aux portes d'un lieu inconnu. Il rencontre une fillette, Charon, qui lui servira de guide dans cet étrange monde, fait d'ombres mouvantes, et l'invite à jouer et à déguster de délicieux macarons. Mais notre héros fait-il bien de se fier à l'intrigante jeune fille ?

L'univers de Sayaka Mogi nous happe immédiatement, avec son ambiance à la fois étrange et familière, ses figures innocentes et ses silhouettes noires, même si l'on est loin derrière Pupa en termes de gore. Si certains éléments de l'intrigue se révèlent prévisibles, la mangaka nous surprend par des retournements plutôt bien menés qui compensent les facilités. La série devant se conclure en trois tomes, l'histoire avance dès ce premier volume et ne laisse pas traîner son suspense.

Côté dessin, le trait rond et minimaliste diffère de Pupa et s'inscrit dans la veine de ces mangas plongeant des adorables personnages dans des ambiances sombres, tel un Made in Abyss à la sauce conte de fées. Ce choix graphique participe de l'ambiance dérangeante par la rupture entre l'esthétique des personnages et la noirceur de l'univers.

Entre dessin « macabre pop » et travail d'ambiance habile, ce premier tome ravira les férus de contes cruels et d'univers intemporels et mythologiques.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants