ZOO

Starving Anonymous - T2 (Novembre 2018)

couverture de l'album

Série : Starving AnonymousTome : 2/2Éditeur : Pika

Dessin : Kazu Inabe

Collection : Seinen

Genres : Manga, Seinen

Prix : 7.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO Le Mag

Note ZOO Le Mag 3.5

Scénario

0.0

Dessin

0.0

Pour la sortie du deuxième volume de Starving Anonymous chez Pika, retour en force d’un régime protéinique très particulier : la dégustation d’êtres humains.

Starving Anonymous

Starving Anonymous
© Yû Kuraishi, Kazu Inabe,
Kengo Mizutani / Kodansha Ltd.

Une dégustation d’ailleurs très brutale. Pas de cuisson à point, pas de raffinement mais des usines d’engraissement forcé à coup de drogues hypercaloriques, des chaînes de congélation humaines et des monstres aussi gigantesques que voraces. Pas de chance pour Iye qui se fait kidnapper puis enfermer dans cet élevage secret glauque à souhait.

Une lueur apparaît bien vite dans son malheur : deux autres survivants à l’air bien débrouillard. Si ceux-ci ne sont pas parfaits, cédant souvent à leurs pulsions (qu’elles soient purement morbides ou nobles), ils semblent disposer à eux deux des ressources physiques et mentales pour s’échapper. Bien entendu, rien ne sera moins simple tant le complexe dans lequel ils ont atterri est tortueux et semé d’embuches mortelles.

Starving Anonymous

Starving Anonymous
© Yû Kuraishi, Kazu Inabe,
Kengo Mizutani / Kodansha Ltd.

Un filet moins mignon

Rien ne saurait préparer le lecteur à ce qu’il s’apprête à découvrir. La série se prête pour l’instant au jeu des révélations en rafales, n’oubliant aucune donnée initiale importante et choisissant de ne rien cacher longtemps. Ici, pas de suspense à long terme. Une fois la situation bien établie, c’est à qui arrivera à tout faire sauter en beauté.

Starving Anonymous ne nous épargne aucune infamie liée à l’élevage de masse. Par extension, la série n’innove donc pas spécialement mais au contraire, utilise très efficacement les données simples qui découlent logiquement de son postulat de base, faisant des prémices de l’action un condensé très bien élaboré.

Un lecteur choisissant une position de recul ne devrait s’étonner de rien mais celui qui se laisse porter par l’histoire y trouvera un déroulement sensé et percutant.

À l’image de ses monstres, Starving Anonymous est un manga glouton, avide de choc, sans pitié envers son lecteur qui pourra constater avec effarement ce que donnerait l’enfant impie de Men in Black et de Gantz.

Article publié dans le magazine Zoo n°68 Novembre - Décembre 2018

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants