ZOO

The Fable - T7 (Avril 2022)

couverture de l'album

Série : The FableTome : 7/10Éditeur : Pika

Scénario : Katsuhisa MinamiDessin : Katsuhisa Minami

Collection : Seinen

Genres : Manga, Seinen

Public : À partir de 16 ans

Prix : 8.50€

ma collection
mes souhaits
mes lectures
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

4.0

Les intrigues continuent à se nouer autour de Fable après qu’il ait réussi à sauver la charmante Misako du triste sort qui l’attendait. Un tome pas désagréable mais en demi-teinte, laissant espérer un rebond après cette transition.

Le pitch reste le même : Fable, le héros de cette série, doit, sans tuer personne (son boss le lui a interdit pendant un an), se sortir des nombreux mauvais pas dans lesquels il se retrouve. Et ce, bien qu’il soit le meilleur tueur du Japon. Cet homme étrange, asocial, limite autiste, continue à faire des siennes, donnant une tonalité décalée à ce seinen de yakuzas se passant à Osaka. Cela dit, Fable est un professionnel plein de ressources, ce que le lecteur ne peut que constater tome après tome.

La jolie voisine de Fable et Yôko (assistante du tueur se faisant passer pour sa sœur), Misako, qui fut à deux doigts d’être forcée à devenir actrice X ou prostituée par un yakuza sorti de prison, a finalement été libérée in extremis, sauvée par Fable. Elle retrouve sa pudeur de jeune fille japonaise quand elle apprend que celui-ci a dû la porter nue jusqu’à son lit après qu’elle soit tombée dans les pommes dans la salle de bain. Il y a bien sûr des sentiments amoureux inavoués entre eux. Ce côté fleur bleue, au milieu de tueries, offre un contraste joliment « exotique » au lecteur occidental.

The Fable T.7

The Fable T.7
© Pika, 2022

Quant à Kuroshio, un des hommes de main des yakuzas qui a deviné l’identité du mythique Fable, il veut absolument devenir son disciple. Pas sûr que notre tueur veuille de cet encombrant fan... La dernière partie de l’épisode nous donne les prémices du sort qu’il lui réserve. Avec un changement de lieu après sept tomes très urbains : en pleine nature.

Nous avons ici affaire à un tome de transition plutôt réussi, mais nous restons un peu sur notre faim, malgré un dessin toujours de bon niveau. Après la surprise des premiers tomes, l’intérêt s’émousse un tantinet. Gageons que la nouvelle direction prise en fin d’épisode donne un second souffle à la série.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants