ZOO

To your eternity - T2 (Juin 2017)

couverture de l'album

Série : To your eternityTome : 2/13Éditeur : Pika

Dessin : Yoshitoki Oima

Collection : Shonen

Genres : Heroic fantasy, Manga, Shonen

Public : À partir de 12 ans

Prix : 6.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

4.5

Dessin

5.0

Imm a réussi à sauver la petite March des griffes de l’immense ours Oniguma. Accompagné de Paloma, ils croient refaire leur vie dans Yanome mais ils sont très vite faits prisonniers. Imm est blessé et March est affectée au soin d’Imm et du terrible Oniguma. Paloma, elle, a décidé de faire évader tout le monde. Danger, combat et action spectaculaire sont au rendez-vous de cette tentative d’évasion pour un deuxième volume ultra-efficace.

Imm pensait avoir tiré la jeune et gentille March de danger en affrontant Oniguma mais les voici emprisonnés par des guerriers aux motivations floues. Tandis que March soigne tant bien que mal Oniguma, Paloma se met en quête d’une porte de sortie. Imm, lui, fait l’expérience de la cruauté de ses geôliers, ce qui influera peut-être sur son pouvoir...

Alors que le premier volume de To your Eternity était déjà très dense avec de nombreux changements de lieux, le deuxième se déroule presque entièrement à Yanome mais le rythme et les coups de théâtre ne s’arrêtent pas une seconde. Sans tomber dans les travers d’une évasion rocambolesque, Yoshitoki Oima fait monter la tension et sait la dénouer de manière surprenante... Avec l’apparition d’un nouvel antagoniste, elle ouvre en plus des pistes intéressantes pour la suite de la série.

Intérieurs dépouillés de prison, face-à-face émouvants ou scènes de combat épiques, le dessin sait manier le grandiose et les sentiments du lecteur... Les transformations tourbillonnantes d’Imm fonctionnent toujours aussi bien, matérialisant son pouvoir impressionnant avec finesse dans la transformation.

Le voyage initiatique d’Imm, immortel qui a tout à apprendre, semble avoir encore beaucoup de secrets et d’émotions à livrer.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants