ZOO

Vinland Saga - T20 (Novembre 2018)

couverture de l'album

Série : Vinland SagaTome : 20/20Éditeur : Kurokawa

Scénario : Makoto Yukimura

Genres : Historique, Seinen

Public : À partir de 12 ans

Prix : 7.65€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO Le Mag

Note ZOO Le Mag 4.5

Scénario

0.0

Dessin

0.0

Vinland Saga poursuit son petit bonhomme de chemin chez Kurokawa. La série, publiée depuis 2005 au Japon, n’a visiblement toujours pas perdu de son mordant.

Thorfinn, son héros, a pourtant fait bien du chemin. De petit garçon meurtri et enragé à père pacifiste responsable en passant par viking assoiffé de vengeance et aventurier, il a tout vu, tout fait, mais pas tout réparé. Il vit toujours sous le poids de ses fautes passées et a bien du mal à se dissocier de son histoire de guerrier. C’est pire encore lorsqu’autour de lui, tout le monde s’acharne à vouloir le voir reprendre les armes qu’il a maintenant reniées depuis bien longtemps.

Vinland Saga,

Vinland Saga,
© Makoto Yukimura / Kodansha Ltd.

Makoto Yukimura, l’auteur du monument de science-fiction qu’est Planètes, n’a eu de cesse de nous balader. Après une intense aventure de huit tomes qui s’est avéré être un prologue, il a jeté aux orties toutes velléités belliqueuses et transfiguré son personnage principal. Malheureusement, le monde ne cesse pas de tourner et il est temps pour Thorfinn de remettre la main à la pâte.

À la guerre comme à la guerre

L’obligation de créer toujours plus de personnages affadit un peu le casting en y intercalant des entités dispensables aux psychés un peu clichées (un chien fou attiré par le combat à mort, par exemple) ou en usant jusqu’à la corde des personnages emblématiques. À l’inverse, les dilemmes et constants obstacles moraux du personnage principal sont toujours aussi prenants, voire poignants. De même, Makoto Yukimura continue à parsemer son récit de discrètes scènes d’anthologie.

Bien sûr, les combats sont épiques, exaltants et montrés à la perfection mais c’est toujours en périphérie que l’auteur parvient à s’affirmer le plus, que ce soit dans des moments d’humour ou de philosophie. Le vingtième tome, pierre angulaire s’il en est, est de facture classique mais amène avec brio un revirement tragique que l’on ne pouvait s’empêcher d’attendre impatiemment : le retour forcé aux armes.

Article publié dans le magazine Zoo n°68 Novembre - Décembre 2018

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants