ZOO

Hibakusha

Partagez et donnez votre avis

Critiques Presse

Note moyenne : 4.0 pour 5 critiques presse

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barème de ZOO de 1 à 5 étoiles.

5 Critiques Presse

note de la critique

Ludwig Mueller a grandi au pays du Soleil-Levant. Sa connaissance de la langue nipponne lui vaut d’être envoyé à Hiroshima en 1944 par le pouvoir nazi pour servir de traducteur. Thilde Barboni confie l’adaptation de Fin de transmission, une nouvelle littéraire née de sa plume, au trait doux et sensuel d’Olivier Cinna qui transforme l’essai avec talent.

note de la critique

Àforce de compromis, Ludwig est passé à côté de sa vie. Fidèle au principe de « neutralité » dont il s’est fait une règle, il sert comme interprète et sans état d’âme un Reich aux abois. Une mission au Japon le ramène au pays d’un Soleil levant qui l’a vu naître et qui pourrait enfin illuminer son existence… Adapté par Thilde Barboni, d’après l’une de ses nouvelles, Hibakusha est le récit de la rédemption d’un petit fonctionnaire transparent dans un monde qui a basculé dans l’horreur. Dans un archipel qui désormais subit, une rencontre improbable éveille en lui la conscience [...]

note de la critique

Un hibakusha est un survivant de l’explosion nucléaire d’Hiroshima. Durant cette explosion, la lumière est telle que toute la ville devient une chambre noire, et qu’une fois la poussière dissipée, il ne reste des 255 000 habitants , que des ombres noires sur les pans de ruines. Murs et rochers sont autant de pellicules sensibles qui ont imprimé les derniers instants, les dernières pensées, peut-être les lambeaux d’âmes de ces disparus. Cette histoire poétique, d’un homme perdu, qu’un sursaut d’émotion amoureuse réveille à la vie, au sens et à la [...]

note de la critique

Un traducteur germano-japonais est envoyé au pays du Soleil levant pour traduire des documents. Là-bas, il trouve l’amour. Mais, il est au mauvais endroit, au mauvais moment. Un récit émotionnellement fort, qui reste à l’esprit pendant longtemps.

note de la critique

Hibakusha, Hiroshima mon amour

C’est une nouvelle de Thilde Barboni, Hiroshima fin de transmission. L’avoir adaptée sous le titre de Hibakusha est un hommage à son originalité et à ses qualités certes scénaristiques, romanesques mais avant tout humaines. Ludwig est allemand. On est en 1944, il parle japonais et on l’envoie en mission au pays du Soleil Levant allié du Reich. Son destin va se confondre avec les évènements d’une guerre qui finira en apocalypse. Thilde Barboni (Agence Interpol) signe sa propre adaptation et Olivier Cinna le dessin.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants