ZOO

La Chenue

Partagez et donnez votre avis

Critiques Presse

Note moyenne : 3.4 pour 4 critiques presse

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barème de ZOO de 1 à 5 étoiles.

4 Critiques Presse

note de la critique

«Dans ma chambre », trois petits mots, les derniers que la Chenue a prononcés, glissés par mégarde à l'oreille de son arrière-petite-fille, Caroline, alors qu'on évacuait le corps de son mari, le Macheux. De sa fenêtre, la vieille l'a vu, le vieux se fracasser le crâne en glissant sur l'escalier du jardin. Depuis, elle reste coite avec son regard fou et ses dents serrées à retenir le moindre souffle de vie qui s’échappe. De son côté, dans le grand domaine vigneron, le père Lorey reçoit des lettres anonymes immondes menaçant son gamin. Et l'alcoolique Vergindante qui furète [...]

note de la critique

Caroline et Christophe filent le parfait amour mais ignorent que leurs familles respectives se détestent en secret. Un polar anti-urbain qui peint parfaitement les rancœurs et haines des gens de la campagne.

note de la critique

Un scénario extirpé des manuscrits non publiés de Convard. Un secret empoisonnant les existences de deux familles depuis plus de trente ans. Un corbeau. Des accidents qui pourraient ne pas en être. Les deux descendants de chaque famille rivale amoureux... En adaptant la nouvelle confiée par Convard, Djan et Corbet nous plongent dans une France des années 1970 plus amère que douce. Dans un terroir où il ne fait pas si bon vivre que ça. L'atmosphère rendue encore plus pesante par le resplendissant soleil estival nous est visuellement très bien rendue. On aspire, tout [...]

note de la critique

La Chenue, un drame rural tout en finesse

Une histoire de vengeance à la campagne, de haine entretenue à travers deux générations qui va atteindre son paroxysme avec, pour témoins, les arrières-petits-enfants des acteurs. La Chenue est une vieille dame qui se tait, impotente et mystérieuse. Son mari est mort accidentellement. Il avait pourtant bon pied bon œil. Caroline et Robert filent le parfait amour comme deux adolescents qu’ils sont sans savoir qu’ils sont pris au piège de la haine de leurs familles. Des lettres anonymes apparaissent. Mais il semble bien que ce ne soit pas la première fois. La Verdingante, [...]

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants