ZOO

Profession du Père

Partagez et donnez votre avis

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barème de ZOO de 1 à 5 étoiles.

4 Critiques Presse

note de la critique

Profession du père, folie en famille

Adapter le roman en grande partie biographique de Sorj Chalandon, reporter de guerre, était un défi, une gageure car Profession du père est le paroxysme des délires d’un mythomane dangereux. Sébastien Gnaedig s’est attaqué, le mot est nécessaire, à la tâche. Le résultat aussi bien sur le plan graphique qu’éditorial est à la fois bouleversant et perturbant. On ne peut rester indifférent à cette collusion père-mère qui nie une réalité dont la folie pure n’est pas absente mais destructrice pour un fils qui finira par lui-aussi devenir un dangereux manipulateur. [...]

note de la critique

Un enfant est manipulé par un père violent, tyrannique et mythomane, jusqu’à s’engager sur la voie du complot politique contre De Gaulle. Adaptation d’un roman bouleversant (véridique ?) de Sorj Chalandon.

note de la critique

Quel album! J'en suis resté scotchée par la force et la violence du récit… et je n'ai pas refermé l'album avant d'être arrivée au bout des 230 pages. La folie de ce père qui tyrannise et enferme mentalement sa famille est effrayante, surtout après avoir lu l'introduction de Sorj Chalandon qui replace le récit dans son enfance. Sébastien Gnaedig a réussi le tour de force de ne pas accentuer le côté sordide de l'histoire par des graphismes clairs et des gris allant du plus clair au plus foncé comme si une grande partie de l'histoire était dans le brouillard, au [...]

note de la critique

Début des années 1960, Émile est pré-adolescent. Il vit avec un père intransigeant, hargneux, paranoïaque, violent en paroles et en coups de ceinture. Il se révèle également être un mythomane qui revendique la paternité des Compagnons de la chanson, se prétend champion de football et de judo, mais surtout, il assure qu’il collabore avec l’OAS. Doucement, le manipulateur entraîne son garçon dans son délire. Sa mère, lâche ou impuissante, réagit peu. Il faut dire qu’à l’instar du gamin, elle est brutalement contrôlée par le [...]

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants