ZOO

Championzé

Partagez et donnez votre avis

Critiques Presse

Note moyenne : 3.2 pour 6 critiques presse

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barème de ZOO de 1 à 5 étoiles.

6 Critiques Presse

note de la critique

Il a quasiment disparu des livres de l’histoire du sport, pourtant il a marqué celle de la boxe et, d’une certaine manière, celle de France. Louis Siki Fall, dit Battling Siki, fut un météore du noble art, battant la star française Georges Carpentier en 1922 et devenant ainsi champion du monde.

note de la critique

Championzé aurait mérité un traitement un peu plus original, d’autant que la vie de Battling Siki est à elle seule une vraie histoire de bande dessinée.

note de la critique

Arrivé en métropole encore enfant, M'Barick Amadou Fall, surnommé « Battling Siki » se fait connaître pour ses talents de boxeur. Jusqu'à battre Carpentier dans un combat pour le titre de champion du monde. Biographie courageuse d'un champion oublié.

note de la critique

Championzé est donc une bande dessinée où il est question de boxe bien sûr mais également de beaucoup d'autres choses...

note de la critique

Eddy Vaccaro et Aurélien Ducoudray sortent de l’oubli un champion du monde de boxe noir, à l’époque des colonies. Leur album biographique Championzé, consacré à Battling Siki, s’appuie sur une solide documentation, mais reste assez convenu.

note de la critique

Le boxer déchu

Cette histoire du boxeur Amadou M'Barick Fall, dit Siki Fall puis Battling Siki, lequel fut le premier africain champion du monde (en 1922), nous permet de découvrir deux nouveaux talents narratifs assez originaux ! Si on avait déjà remarqué le trait fin et charbonneux à la fois du marseillais Eddy Vaccaro dans divers ouvrages prometteurs (« La Fantôme » en 2004 à La Boîte à bulles, « La Promesse » en 2007 chez Carabas ou « Baybars » en 2008 chez EP), il s’agit du premier scénario du journaliste et photographe de presse Aurélien Ducoudray. Coaché par son directeur [...]

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants