ZOO

A la vie à la mort ! - T2 : A la vie à la mort T.2 (Janvier 2018)

couverture de l'album A la vie à la mort T.2

Série : A la vie à la mort !Tome : 2/3Éditeur : Soleil

Scénario : RodolpheDessin : Gaël SéjournéColoriste : Jean Verney

Collection : Aventure

Public : Tout public

Prix : 14.95€

ma collection
mes souhaits
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Durant l'après-guerre, le malfrat Pierrot Loutrel et ses acolytes sévissent dans le fameux gang des Tractions. Le crime n'est pas toujours organisé mais ils frappent fort et effraient la bonne société. Un deuxième tome savoureux où scénario et dessin brossent à merveille ces nouveaux gangsters. En attendant le dernier.

Ils s'appellent Pierrot Loutrel, Jo Attia, Raymond Naudy, Georges Boucheseiche et Abel Danos. Le point commun de ces cinq malfaiteurs ? Ils appartiennent au gang des Tractions, qui sévit dans le Paris d'après-guerre. Les balles pleuvent, les coups les plus bas tombent. Loutrel, leur leader, a collaboré avec la Gestapo. Il file désormais comme une anguille entre les mains des flics.

On venait de croiser la patte de Rodolphe sur Merdre, son excellente BD consacrée à Alfred Jarry, le père d'Ubu Roi. Mais c'est sans compter la boulimie de travail et la soif de curiosité du scénariste qui livre ici un excellent deuxième tome d'A la vie à la mort. Une série polar old school en trois tomes, pleine de références qui ont depuis jalonné le genre. Rodolphe a directement puisé dans la matière de son livre dédié au sujet.

Le trait de Gaël Séjourné est précis, incisif. Idéal pour dresser ce portrait du banditisme d'après-guerre. Alors que la France est à peine sortie d'une boucherie aux traumatismes durables, le gang des Tractions sème la terreur et cultive l'angoisse. L'épisode sur les camps de concentration est particulièrement touchant, mais comme dans tout polar qui se respecte, il ne faut pas trop en dévoiler.

Plongez tête baissée dans ce triptyque aux saveurs d'après-guerre, quand le crime sévissait méchamment sans nouvelles technologies. On mesurait alors les malfrats à la force de leur calibre, leur aura et leur charisme appréciés des dames ainsi qu’à leur caractère aussi trempé que le meilleur acier. Une BD épatante.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants