ZOO

Amours fragiles - T7 : En finir... (Septembre 2015)

couverture de l'album En finir...

Série : Amours fragilesTome : 7/7Éditeur : Casterman

Scénario : Philippe RichelleDessin : Jean-Michel BeuriotColoriste : Domnok

Collection : Univers d'auteurs

Genres : Historique, Sentimental

Public : À partir de 12 ans

Prix : 14.95€

ma collection
mes souhaits
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

4.0

Dans le tome précédent, le colonel Ricken, craignant que Martin Mahner dénonce ses exactions guerrières, le blessait d’un coup de pistolet. Nous retrouvons le jeune lieutenant en convalescence dans un hôpital en Pologne. Puis, de retour à Berlin, il est contacté par un officier qui le sollicite pour participer à un attentat contre Hitler. Ce septième épisode confirme qu’Amours fragiles est LA série qu’il faut absolument avoir lue.

En cet été 1944, l’Allemagne sent venir la défaite : les Alliés ont débarqué sur les rives de la Méditerranée et celles des côtes normandes. L’armée russe a fini par avoir le dessus sur la Wehrmacht et l’étau se resserre sur tous les fronts. Les bombardements s’intensifient au fil des mois, la défaite paraît inéluctable. Seuls les nazis les plus fanatiques croient encore à la victoire du IIIème Reich. Quelques hauts gradés espèrent, eux, qu’en éliminant le Führer, la guerre pourra prendre fin.

Avec une rigueur exemplaire, Philippe Richelle nous propose de suivre le parcours de son jeune héros, pris dans la tourmente de l’Histoire depuis la montée du nazisme dans les années 30. Autour de lui gravite une flopée de personnages que l’auteur dépeint dans tous leurs travers, quelque soit le camp auquel ils appartiennent. Figures tantôt héroïques, tantôt pitoyables dans leurs convictions ou leurs intérêts du moment, leur psychologie est finement décrite.

Le dessin tout en finesse de Jean-Michel Beuriot n’est pas pour rien dans la réussite de cette série. Au fil des épisodes, son trait n’a cessé de se bonifier, superbement mis en valeur par les couleurs de Dominique Osuch dont le sens de la lumière, toutes saisons confondues, s’avère ici patent.

En quatrième de couverture ce cet album on peut lire les commentaires élogieux de Jacques Tardi, Jean-Louis Tripp et Bernard Yslaire. Venant de confrères rompus à l’exercice de cet art, et aussi prestigieux, quel beau « parrainage » que voilà !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (2)

ProchaineS lectureS du week-end à venir. Merci Serge pour cette découverte !

Posté le 13/10/2015 à 00h01

Je ne connaissais pas cette série

Posté le 12/10/2015 à 23h59