ZOO

Blake et Mortimer - T23 : Le Bâton de Plutarque - version strips

Partagez et donnez votre avis

Critiques Presse

Note moyenne : 3.8 pour 9 critiques presse

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barème de ZOO de 1 à 5 étoiles.

9 Critiques Presse

note de la critique

Le Bâton de Plutarque: Blake et Mortimer rejouent la bataille d'Angleterre

En proposant les prémices du Secret de l'Espadon, le tandem Sente et Juillard réussit un tour de force graphique et scénaristique.

note de la critique

Poursuivre l’héritage de Jacobs ne signifiera donc probablement pas, pour beaucoup, vouloir adopter cette nouvelle « réécriture des origines » ; dans une veine psychanalytique où le thème du double n’est pas exclu (il est très présent dans ce nouvel album), concluons que ce complexe digne d’Oedipe est certainement inhérent à l’ensemble des relations tissées entre auteurs et séries mythiques.

note de la critique

Il est des albums qui, à eux seuls, créent l’évènement. La parution d’un Blake et Mortimer est de ceux-ci, comme l’attestent les 430.000 exemplaires mis sous presse ! Dès lors, ce vingt-troisième volet ravira donc les inconditionnels du genre et fera découvrir, aux autres, tous les charmes d’une école à qui nous sommes redevables de quelques-unes des belles oeuvres de la bande dessinée.

note de la critique

Le scénario est plaisant et change des épisodes enchaînant les rebondissements spectaculaires et le retournements de situation éreintants. Bien sûr, là aussi, nos héros manquent plusieurs fois d’y passer et ne doivent leur salut qu’à un sacré coup de chance, mais c’est l’esprit du feuilleton d’aventures qui veut ça.

note de la critique

Le Bâton de Plutarque, la nouvelle aventure de Blake et Mortimer, est une agréable surprise, une très bonne surprise qui , comme il est dit à la fin, vous donne envie de vous replonger dans la lecture du secret de l'Espadon.

note de la critique

Ce genre de bande dessinée old school, manichéenne à souhait, où les gentils sont écoeurants de vertu et les méchants si épouvantables qu’ils n’en sont même pas crédibles ne tient plus vraiment la route.

note de la critique

La guerre 39-45 vit ses dernières heures, mais une 3ème guerre mondiale se dessine déjà à l’horizon. Blake et Mortimer mettent toutes leurs forces dans la bataille pour éviter le pire… Une préquelle réussie du Secret de l’Espadon, by jove !

note de la critique

Yves Sente a imaginé avec brio un récit qui se finit par « la suite de ce récit dans le secret de l’Espadon », paru en 1950. Ce tome introductif permet de résoudre quelques énigmes qui n’auront pas échappées aux lecteurs a

note de la critique

Le Bâton de Plutarque : Blake et Mortimer s’en vont en guerre

Mais où étaient donc Blake et Mortimer pendant la seconde guerre mondiale, peu de temps avant la troisième, celle déclenchée en 1946 par l’abominable Basam Damdu que Jacobs raconte dans Le Secret de l’Espadon ? D’où a bien pu sortir Olrik ? Avec Le Bâton de Plutarque, Yves Sente et André Juillard ont forgé le chaînon manquant et fouillent en détail le passé des deux héros. (Cet article initialement prévu dans l’édition de décembre du mensuel ZOO a aussi paru dans les compléments de ce journal sur son site).

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants