ZOO

Blake et Mortimer - T25 : La Vallée des Immortels T.1/2

Partagez et donnez votre avis

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barème de ZOO de 1 à 5 étoiles.

4 Critiques Presse

note de la critique

Une traque au parchemin archéologique se met en place dans la Chine de l’après-3ème-guerre-mondiale, pour la légitimité du régime. Une 1ère partie de diptyque trop dense et trop verbeuse… Dommage, le dessin se situe dans la grande tradition de la saga.

note de la critique

En bref : un retour aux sources graphiques très bien scénarisé. Premier volet d’un diptyque, cette BD se place dans la série Blake et Mortimer, juste après le secret de l’Espadon. Les dessins sont réalisés à quatre mains par des auteurs néerlandais peu connus chez nous jusqu’alors ; leur virtuosité à reprendre une ligne claire aussi exigeante, à l’image du tome qu’ils préfèrent « Le mystère de la grande pyramide », laisse présager qu’ils ne le resteront pas longtemps des lecteurs français. On a l’impression avec cette BD d’un retour aux sources [...]

note de la critique

À Lhassa, le palais de Basam-Damdu vient d’être pulvérisé par l’attaque éclair des Espadon. Plus à l’Est, la Chine est en ébullition. Les Communistes de Mao entament leur grande marche et Tchang-Kaî-Chek doit se replier sur Taïwan. Voulant profiter de cette situation chaotique, un seigneur de la guerre, Xi-Li, lorgne également sur le pouvoir. Il pense arriver à galvaniser ses troupes grâce à des documents historiques prouvant son ascendance impériale. Arrivés à Hongkong pour participer à la défense de la Colonie, Blake et Mortimer se retrouvent au cœur de la [...]

note de la critique

Blake et Mortimer partent pour une nouvelle aventure en diptyque. Situé chronologiquement juste après Le Secret de l’Espadon, ce récit d'Yves Sente, illustré par Teun Berserik et Peter Van Dongen se déroule au moment de l’anéantissement du palais du dictateur Basam-Damdu. Malgré des longueurs, cet album respecte parfaitement l’univers de Jacobs et son atmosphère mystérieuse.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants